Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault

Fonds vert: Legault accuse le gouvernement Couillard de «mauvaise gestion»

MONTRÉAL — François Legault a accusé le gouvernement Couillard d'avoir fait de la «mauvaise gestion», jeudi, après qu'un rapport eut indiqué que des centaines de millions de dollars du Fonds vert ont été dépensés de manière discutable.

Le rapport du Conseil de gestion du Fonds vert, obtenu par un journaliste du Devoir, indique que le Plan d'action sur les changements climatiques du Québec comporte de sérieuses lacunes. Il cite notamment une gestion inefficace caractérisée par le manque de rigueur de nombreux ministères. Qui plus est, le plan ne garantit pas l'atteinte des objectifs de réduction des gaz à effets de serre, peut-on lire dans le quotidien.

Le Plan d'action sur les changements climatiques, qui bénéficiera d'investissements de 4 milliards $, est financé par le Fonds vert.

Jeudi à Montréal, le chef de la Coalition avenir Québec a déploré qu'une «dizaine de ministères (...) pigent dans le Fonds vert sans s'assurer que les projets retenus soient les projets qui sont les plus optimaux, c'est-à-dire qui réduisent le plus les GES».

M. Legault a ajouté que le Fonds vert doit être géré par des «gens sérieux» et que l'on s'assure que «pour chaque dollar investi par le Fonds vert, on en ait le plus possible en réduction de gaz à effets de serre».

De son côté, Philippe Couillard a dit accueillir «favorablement» le rapport et assuré que «l'on va mettre en place toutes ses recommandations».

Le chef libéral croit par ailleurs qu'il est encore trop tôt pour dire que le Québec n'atteindra pas ses objectifs de réduction d'émissions d'ici 2020.

«Il faut savoir que les statistiques d'émissions viennent toujours deux ou trois ans après l'année en cours», a-t-il souligné, ajoutant qu'il croyait toujours que l'atteinte des objectifs était possible.

Maintenir les investissements dans les transports

Selon lui, le gouvernement doit continuer à investir dans les transports, qui reçoivent déjà la majeure partie des sommes du Fonds vert.

«Est-ce qu'on peut faire mieux? On peut toujours faire mieux. Alors on va prendre le rapport du comité de gestion que nous avons créé et s'assurer qu'il soit appliqué», a-t-il dit.

Le directeur général et cofondateur d'Équiterre, Sidney Ribaux, s'est dit peu surpris des informations citées dans Le Devoir. Selon lui, l'enjeu le plus important avec le Fonds vert est le manque d'évaluation des impacts de l'argent versé.

«Dans certains cas, on donne l'argent dans les bons projets, par exemple le développement du transport en commun, l'électrification des transports, mais par contre, on n'évalue pas quels sont les impacts en matière de réduction des gaz à effets de serre de cet investissement-là. Et ça pour nous, c'est l'élément le plus important, la lacune la plus importante, qui avait déjà été identifiée il y a quelques années», a-t-il dit.

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.