D'anciens compagnons d'armes de René Lévesque dénoncent Manon Massé

QUÉBEC — Plusieurs anciens compagnons d'armes de René Lévesque, soit cinq ministres et deux directeurs de son cabinet, blâment sévèrement Manon Massé et Québec solidaire, dans une lettre au ton vitriolique obtenue par La Presse canadienne jeudi.

Ils reprochent essentiellement à Mme Massé d'avoir tenté d'associer son parti à l'héritage de René Lévesque, un anathème à leurs yeux.

La co-porte-parole de Québec solidaire ne se doutait sans doute pas qu'elle allumait un véritable incendie, mercredi, en se réclamant de René Lévesque, fondateur du Parti québécois (PQ) et véritable icône du mouvement souverainiste.

Le brasier n'a pas épargné ces sept compagnons d'armes de l'ex-premier ministre, dont cinq ministres ayant fait partie du cabinet Lévesque (François Gendron, Lucien Lessard, Denis Vaugeois, Guy Chevrette et Jacques Léonard), et deux directeurs de son cabinet, reconnus pour avoir été de très proches collaborateurs (Jean-Roch Boivin et Louis Bernard).

Dans cette lettre, ils se disent carrément insultés de constater que Mme Massé a osé comparer Québec solidaire au Parti québécois de René Lévesque et à son parcours.

Ils parlent d'«un détournement éhonté de la mémoire de notre ancien chef».

Car selon eux, contrairement à ce qu'affirme Mme Massé, tout oppose le PQ de ses débuts et QS.

«La philosophie, l'approche, la pratique de la politique selon René Lévesque étaient aux antipodes de celles de Mme Massé et de Québec solidaire», écrivent-ils.

Pire, à leurs yeux, Québec solidaire semble mener une sorte de guerre à finir avec le Parti québécois.

QS aide «la droite fédéraliste»

Ils affirment que René Lévesque avait compris en son temps que pour battre la «droite fédéraliste» il fallait bâtir une coalition réunissant les électeurs progressistes, conservateurs, nationalistes et souverainistes autour d'un objectif commun.

Or, font-ils valoir, Québec solidaire fait exactement le contraire, cherchant à «diviser les forces nationalistes», facilitant ainsi l'élection à répétition de gouvernements de droite fédéralistes.

Tactique marxiste

Ils y voient une tactique typiquement marxiste destinée à affaiblir le Parti québécois, au lieu de chercher à ravir des sièges au PLQ et à la CAQ.

«Nous avons assez vécu pour reconnaître là la tactique courante des partis marxistes du XXe siècle, qui s'attaquaient principalement aux partis sociaux-démocrates dans les démocraties européennes.»

Ils dénoncent aussi le fait que Québec solidaire a tourné le dos au PQ, qui souhaitait l'an dernier conclure une alliance électorale avec le parti de gauche pour nuire à la CAQ et au PLQ.

Cette attitude, selon eux, est contraire à la manière privilégiée par M. Lévesque, qui était un «rassembleur», capable d'attirer «des libéraux déçus (dont il était) et les membres du parti de centre droit Ralliement national, auxquels se sont joints les indépendantistes de gauche, alors dirigés par Pierre Bourgault. Il a également ouvert la porte à Rodrigue Biron, venu de l'Union nationale».

Loin de rassembler, QS ne fait que chercher à assurer sa propre progression «en s'attaquant principalement au parti de René Lévesque», estiment les signataires.

Faisant allusion au fait que Mme Massé a déclaré en début de semaine que Québec solidaire était marxiste, avant de déclarer le contraire le lendemain, les auteurs de la lettre rappellent aussi que René Lévesque exécrait les éléments gauchistes et marxistes à l'œuvre à son époque dans les syndicats «et dont QS est l'héritier direct».

Chose certaine, en se refusant à tout compromis, le parti de Mme Massé ne fait qu'assurer le statu quo politique, selon eux.

«René Lévesque nous a appris la franchise, l'honnêteté et l'éthique. Il exécrait le mensonge et la manipulation. Son verdict sur QS serait le même que celui sur les gauchistes qu'il a connus toute sa vie durant: en refusant les compromis nécessaires à la marche du progrès, ils font le jeu du statu quo», concluent les signataires.

Un compliment?

Mme Massé a mis le feu aux poudres mercredi, lors d'une allocution, en affirmant que les attaques répétées contre elle et son parti durant la campagne, provenant surtout du chef péquiste Jean-François Lisée, lui faisaient penser à ce qu'on disait du Parti québécois à ses débuts, du temps de René Lévesque.

Elle traçait alors un parallèle entre les obstacles rencontrés à l'époque de la Révolution tranquille, ayant donné naissance au mouvement souverainiste, et l'époque actuelle. Et de nos jours, selon elle, la résistance au changement vient notamment du Parti québécois.

«Monsieur (Jean-François) Lisée, souvenez-vous: vous nous reprochez à nous, aujourd'hui, exactement la même chose qu'on vous reprochait, hier, au Parti québécois, le Parti québécois de monsieur Lévesque (René). Je prends ça comme un compliment», disait-elle.

Le chef péquiste n'avait pas tardé à assimiler le commentaire de Mme Massé à une «grave insulte» à la mémoire de l'ancien premier ministre René Lévesque en faisant un rapprochement entre le parti de gauche et le mouvement entamé par le leader indépendantiste dans les années 1960.