Le péquiste Harold Lebel se trouve tout juste derrière sa rivale caquiste Nancy Lévesque dans Rimouski, selon un sondage Mainstreet.

Course très serrée dans Rimouski

La circonscription de Rimouski a beau avoir élu des péquistes sans interruption depuis 1994, le député sortant Harold Lebel est loin, loin d’être assuré de conserver son siège. Un sondage Mainstreet mené pour Groupe Capitales Médias le place à égalité statistique avec sa rivale caquiste Nancy Lévesque.

Le coup de sonde accorde en effet 32,3 % des intentions de vote à cette dernière, contre 30,9 % pour M. Lebel après répartition des indécis. La différence de 1,4 point est nettement inférieure à la marge d’erreur pour un échantillon de cette taille (673 personnes), qui est de plus ou moins 3,75 % 19 fois sur 20.

Les candidats du Parti libéral (19 %) et de Québec solidaire (14 %) suivent loin derrière.

Notons que la méthode utilisée par Mainstreet pour répartir les indécis joue un rôle ici puisque le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) recueillent des appuis extrêmement semblables avant répartition — soit 25,1 et 24,9 % respectivement.

Quoi qu’il en soit, ces résultats confirment que la course est extrêmement serrée dans Rimouski, comme un autre sondage Mainstreet publié au début de septembre l’avait indiqué. M. Lebel et Mme Lévesque recueillaient alors chacun entre 31 et 32 % des intentions de vote. Dans une circonscription qui penche systématiquement du côté du PQ depuis 20 ans et où ni la CAQ ni son ancêtre adéquiste n’ont jamais réussi de percée, c’est relativement étonnant. La CAQ n’avait pas pu faire mieux qu’une quatrième place dans Rimouski aux générales de 2014, avec moins de 11 % des voix — même Québec solidaire avait fait mieux, avec 16 %.

Ce sondage a été réalisé le 21 septembre, soit le lendemain du débat difficile qu’a connu le chef péquiste Jean-François Lisée.

Hivon de retour en tête

Par ailleurs, il semble que la co-chef du Parti québécois pourrait sauver son siège. Dans un autre sondage de circonscription lui aussi réalisé le 21 septembre, Main­street lui accorde 46 % d’appuis après répartition des indécis, soit un avantage assez net sur le candidat caquiste François St-Louis (40 %). L’échantillon a été de 595 personnes, ce qui donne une marge d’erreur de plus ou moins 4 % 19 fois sur 20.

C’est véritablement une course à deux qui a lieu là-bas, les candidats libéral et solidaire n’obtenant qu’entre 6 et 7 % de soutien.

Rappelons qu’un sondage Main­street mené le 29 août donnait Mme Hivon en retard sur M. St-Louis par 36 à 41 %.

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, des données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.