Couillard veut réinvestir 2,8 G$ en éducation

Le premier ministre Philippe Couillard propose six mesures pour mieux soutenir les enfants et les jeunes, dont la présence de deux professionnels par classe de maternelle et de première année. Ces engagements, qui représentent des investissements additionnels de 2,8 G$ sur cinq ans, seraient réalisés advenant un second mandat consécutif d’un gouvernement libéral.

La présentation du contenu de ce plan qui concerne les jeunes de 0 à 18 ans a été faite, lundi matin, à l’école Hébert de Saint-Félicien, qui se retrouve dans la circonscription de Roberval. Le premier ministre sortant est arrivé à bord d’un autobus, non pas de campagne électorale, mais scolaire. 

« Notre formation politique est la seule qui est capable de présenter une vision intégrée de l’éducation au Québec », a-t-il lancé en introduction.

À quelques jours de la rentrée, le chef du Parti libéral du Québrc (PLQ) promet une deuxième personne dans les classes préscolaires et de première année du primaire, une mesure évaluée à 384 M$. La profession de cette personne qui sera en support à l’enseignant variera en fonction des besoins. Ainsi, il pourrait s’agir d’un deuxième enseignant, d’un technicien en éducation spécialisée, d’un orthopédagogue, d’un orthophoniste ou même d’un psychologue. 

Philippe Couillard est conscient que les besoins de main-d’œuvre compliqueraient la concrétisation de cette idée qui représente l’ajout de milliers de professionnels à l’échelle provinciale. « Il faut rendre attrayant le métier d’enseignant pour les jeunes », a-t-il ajouté. D’ailleurs, selon ce qu’il a été permis d’apprendre, les enseignants se retrouveront, à un autre moment, au cœur de la campagne électorale du PLQ.

Une deuxième mesure concerne le niveau primaire. Le cours d’anglais intensif sera implanté plus rapidement en 5e et 6e année.

Plus pour les services de garde

Le chef du PLQ promet des services éducatifs gratuits pour les enfants de 4 ans, tant ceux inscrits à la maternelle 4 ans que ceux en service de garde. 

Ces derniers milieux se retrouveront avec plus de soutien, plus d’argent, plus de matériel ainsi que d’un programme éducatif bonifié. 

Pour Philippe Couillard, ces deux options doivent être équivalentes sur le plan de la qualité et neutres au niveau financier. Pour y arriver, un engagement de 250 M$ sera requis.

Le PLQ compte bien accompagner les jeunes jusqu’au milieu du travail alors que des parcours d’apprentissage adaptés sont souhaités. Ainsi, les jeunes seront placés en situation d’apprentissage jusqu’à la majorité, ou jusqu’à l’obtention d’un premier diplôme ou d’une première qualification. 

Le parcours scolaire sera varié, allant de l’apprentissage traditionnel aux formations en milieu de travail. Philippe Couillard se fait un devoir de rappeler qu’il ne s’agit pas de rendre l’école obligatoire jusqu’à 18 ans, un modèle qui, à son avis, ne fonctionne pas pour beaucoup de jeunes.

+

LA FAMILLE SYRIENNE A QUITTÉ LA RÉGION

Le candidat libéral dans Roberval, Philippe Couillard, est d’avis que les efforts pour l’accueil des immigrants en région ne sont pas tous déployés à leur maximum. La rétention des nouveaux arrivants à l’extérieur des grands centres reste un défi pour celui qui a parrainé une famille.

Le premier ministre sortant, qui était de passage à Saint-Félicien pour une annonce concernant l’éducation, est revenu sur le déménagement de la famille syrienne, dont il était le parrain, qui a quitté le nord du Lac-Saint-Jean pour Montréal.

Le principal intéressé ne regrette aucunement son implication qu’il qualifie de citoyenne, et ce, même si la famille n’a pas adopté définitivement la région du Lac-Saint-Jean. « J’ai posé le geste de faire quelque chose. Quand j’ai vu la photo de cet enfant noyé sur la plage, je me suis dit : “Je suis dans un pays riche, je suis quelqu’un d’immensément chanceux, il faut que je pose un geste”. Je vais toujours être fier d’avoir fait ça dans ma vie », a témoigné Philippe Couillard.

Même s’il avoue avoir souhaité que la famille reste dans le Haut-du-Lac, Philippe Couillard avance une piste de réflexion. « Il faut continuer nos efforts d’attraction et de rétention des immigrants en région. Il faut bien voir là que le pouvoir d’attraction de la grande ville et des communautés d’origine des nouveaux arrivants est énorme. Il faut continuer de faire ce qu’on fait, bonifier ce qu’on donne aux groupes communautaires, mieux planifier la sélection des immigrants selon les profils », explique celui qui rappelle qu’au moins la famille reste au Québec.

Philippe Couillard a profité de ce moment pour remercier les personnes de la communauté qui, à son avis, ont donné un coup de main sans attendre en retour. « Les gens de la région ont été formidables, très généreux, à l’école particulièrement. Les enfants ont été scolarisés de façon absolument remarquable », a-t-il ajouté.

+

LA CAQ AURAIT SA CANDIDATE DANS ROBERVAL

Selon Radio-Canada, la Coalition avenir Québec aurait sélectionné qui affrontera Philippe Couillard lors de l’élection dans Roberval. Il s’agirait de l’ancienne députée caquiste dans Charlesbourg de 2012 à 2014, Denise Trudel. Âgée de 63 ans, elle est originaire d’Alma. Le Quotidien