Marie-Josée Morency tentera de se faire élire dans le comté de Chicoutimi le 1er octobre.

Chicoutimi: une campagne «positive»

Après cinq mois de campagne intensive, la candidate du Parti libéral du Québec (PLQ) dans Chicoutimi, Marie-Josée Morency, dit être la candidate toute désignée pour « rassurer » les électeurs de son comté en quête de changement dans la continuité.

L’ex-directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay–Le Fjord n’a jamais hésité à porter les couleurs libérales malgré le fait que Chicoutimi – bastion péquiste depuis 1973 – n’a pas élu de député libéral depuis plusieurs décennies.

« On a la chance d’avoir un premier ministre [sortant] qui est dans les régions. Notre région a été choyée. Perdre un premier ministre, il faut y penser... il va y avoir des séquelles. Je ne suis pas convaincue que la CAQ et le PQ sont pro-régions, alors on a tout a gagné d’élire une libérale ici dans un gouvernement au pouvoir », explique en entrevue au Quotidien Mme Morency.

Épicerie à 75 $

Cette dernière croit aussi que son chef et député sortant de Roberval Philippe Couillard a mené une « excellente » campagne.

« Si mon chef ne m’avait pas rassuré sur l’avenir du Québec, je ne serais pas là. C’est incroyable comment il connaît ses dossiers, comment il est calme », dit-elle.

À propos de l’épicerie à 75 $, la candidate a persisté à défendre la position controversée de son chef.

« Je suis sur le terrain et j’en ai rencontré des gens qui vivent des difficultés financières. C’est malheureux, mais 75 $ par semaine, il ne faut pas se mettre la tête dans le sable, ça existe. Nous ce qu’on veut, c’est aider ces gens-là », affirme la candidate.

Austerité

Marie-Josée Morency dit avoir apprécié sa première campagne électorale, qu’elle qualifie de positive en tous points, même si elle a dû défendre à plusieurs reprises le bilan libéral des dernières années. Les électeurs qu’elle a rencontrés lui ont souvent rappelé les mesures d’austérité qui ont marqué le dernier mandat du PLQ.

« On se fait attaquer sur l’austérité, mais l’austérité c’est quoi ? On n’a fait aucune coupure. On a viré deux gros bateaux avec l’éducation et la santé. Il n’y a rien de parfait, mais on l’a fait parce qu’il fallait le faire. Ça a demandé du courage du gouvernement et maintenant on est enligné et on veut aller plus loin », croit la candidate.

Engagements

Si elle est élue, Marie-Josée Morency compte évidemment s’attaquer aux deux enjeux qui ont retenu l’attention régionale dans cette campagne, soit le problème de pénurie de main-d’oeuvre et la rétention des jeunes en région.

Parmi les projets qu’elle compte soutenir comme député, notons la réalisation du bloc opératoire de l’hôpital de Chicoutimi, le financement accru de l’UQAC, le maintien de l’exclusivité du programme de pilotage au Cégep de Chicoutimi, la réalisation d’une étude de faisabilité pour un deuxième pont à Chicoutimi et un projet de revitalisation du parc de la Colline, à Chicoutimi-Nord.