Local de la candidate péquiste Diane Lavallée

Atalante Québec et La Meute vandalisent des locaux électoraux

Les groupes identitaires Atalante Québec et La Meute ont porté leurs premiers gestes pour indiquer leur opposition aux partis politiques. Des locaux électoraux ont été la cible d’actes de vandalisme durant la fin de semaine.

Sur la devanture des bureaux de certains candidats, dont Diane Lavallée (PQ), Lise Thériault (PLQ) et Catherine Dorion (QS), des affiches ont été placardées avec l’inscription «Tous pourris», faisant référence aux quatre principaux partis politiques au Québec.

Sur sa page Facebook, Atalante Québec a expliqué son geste en affirmant qu’il n’y avait «aucune différence majeure entre les programmes des partis, sinon un excès de ridicule. Aucun projet national inspirant et capable de servir le bien commun».

Rejoints par Le Soleil, les porte-parole de Diane Lavallée et de Catherine Dorion n’ont pas voulu commenter ce geste de vandalisme pour ne pas «accorder d’importance aux membres de ces groupes».

D’ailleurs, Cécile Larouche, attachée de presse de Mme Lavallée, a confirmé qu’aucune plainte officielle n’a été faite auprès du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Local de la candidate solidaire Catherine Dorion

La candidate libérale Annie Fournier et le péquiste Pascal Bérubé ont de leur côté pu voir des graffitis sur le trottoir devant leur bureau de campagne avec l’inscription «La Meute vous surveille», accompagné d’une paire d’yeux de loups.

«Opération Patte de loup»

Ces gestes ont surtout été commis dans la région de Matane. 

Le porte-parole de La Meute, Sylvain «Maikan» Brouillette, a confirmé sur Facebook que des membres de son groupe était les auteurs de ce graffiti. 

Cette initiative s’appellerait «Opération Patte de loup».

Aucune information n’a été émise par la Sûreté du Québec et le SPVQ sur les possibles conséquences juridiques auxquelles pouvaient s’exposer les membres de ces groupes pour avoir commis ce type d’action.