La Coalition avenir Québec s'engage également à investir 5 millions $ par an pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer.

Alzheimer: la CAQ serait ouverte à élargir l'aide médicale à mourir

SAINT-SAUVEUR — Un gouvernement caquiste serait ouvert à élargir l'aide médicale à mourir aux personnes atteintes de démence et d'Alzheimer sévère.

Les candidats caquistes François Bonnardel et Marguerite Blais ont fait savoir lundi que la CAQ, une fois au pouvoir, tiendrait des consultations à l'Assemblée nationale sur la question, en plus d'ajouter 5 millions $ par an sur quatre ans dans la recherche sur l'Alzheimer.

La commission sur l'enjeu de mourir dans la dignité qui avait précédé l'adoption de la loi en 2015 avait recommandé de reconnaître à une personne majeure et apte le droit de faire une demande anticipée d'aide médicale à mourir au cas où elle deviendrait inconsciente de façon irréversible.

Le gouvernement n'avait toutefois pas retenu cette option en raison d'un manque de consensus.

«Je pense qu'un consensus social est peut-être possible sur cette question», a déclaré François Bonnardel dans une conférence de presse lundi, à Saint-Sauveur.

Il est lui-même touché par cette question, puisqu'il doit s'occuper de sa mère qui souffre de la maladie d'Alzheimer.

«Le Québec est capable de faire ce débat, de facon sereine. Il y a des centaines, sinon des milliers de personnes, qui m'ont écrit, qui m'ont envoyé des messages en nous disant: continuez ce combat.»

Les consultations porteraient sur les directives médicales anticipées relatives à l'aide médicale à mourir, ce qui peut concerner les personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer et de maladies apparentées.

Un «tsunami» dans la prochaine décennie

Citant un rapport datant de 2009, la candidate caquiste dans Prévost, Marguerite Blais, une ex-ministre libérale, a déclaré qu'un véritable «tsunami» frappera le Québec dans la prochaine décennie, car il y aura davantage de cas de maladie neuro-dégénérative que de cas de maladie cardiovasculaire et de cancer.

Quant à savoir si 5 millions $ sur quatre ans en recherche suffiront alors, elle a laissé entendre que c'est tout de même plus que les 1,4 million $ investis par les libéraux.

La CAQ dénonce l'absence de leadership du gouvernement actuel. Mme Blais, qui a siégé dans le gouvernement Charest et dans le gouvernement Couillard, n'a pas voulu dire si la question de l'Alzheimer avait été abordée au caucus ou au conseil des ministres.

Elle a toutefois rappelé la mise sur pied du Fonds de soutien aux proches aidants, dont 75 pour cent de l'enveloppe s'élevant à 200 millions $ est réservée aux personnes atteintes d'Alzheimer — un fonds que la CAQ s'engage à reconduire si elle parvient au pouvoir

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, des données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.