«Si vous insinuez qu'il y a un contrôle, moi, je ne l'ai jamais senti, personne de mes collègues ne l'ont jamais senti, et je doute fort que ça existe», a indiqué la candidate Sonia LeBel.

Accès aux candidats: la CAQ jure ne pas exercer de contrôle d'information

La Coalition avenir Québec (CAQ) se défend catégoriquement d’avoir une politique exigeant des journalistes qu’ils fournissent leurs questions 24 heures à l’avance s’ils veulent décrocher une entrevue avec un candidat.

Un porte-parole de la formation politique, Mathieu St-Amand, a mis sur le compte de la maladresse de bénévoles de la campagne du candidat Mathieu Quenum une situation dont faisait état le quotidien Le Soleil.

Selon ce qu’il a été rapporté, l’équipe du candidat caquiste dans la circonscription de Matane-Matapédia a réclamé d’un média local qu’il lui fasse parvenir un questionnaire 24 heures à l’avance de façon à ce que le parti décide s’il autorise ou non une entrevue.

Un membre de cette équipe cité dans Le Soleil a argué que c’était «juste pour ne pas dire n’importe quoi» et soutenu qu’il s’agissait là de «la politique de la CAQ».

Or, il n’existe pas de telle directive, a-t-on insisté du côté de l’équipe des communications de la formation politique.

«Ce n’est vraiment pas une politique... le 24 heures, je ne sais pas d’où ça sort», a tranché le porte-parole Mathieu St-Amand en entrevue téléphonique, mercredi après-midi.

«Les bénévoles ont été malhabiles dans leur réponse. C’est une erreur», a-t-il plaidé.

Le candidat qui s’est retrouvé plongé au cœur de cette affaire a lui aussi nié l’existence d’une telle consigne.

«Jamais!» a lancé Mathieu Quenum en entrevue avec La Presse canadienne, prenant toutefois soin de signaler que «les autres médias ont pris l’habitude de nous envoyer des questionnaires bien avant».

Le porte-bannière caquiste a par ailleurs décoché une flèche à l’endroit de son adversaire péquiste dans Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, qui avait fait état de cette situation sur Twitter.

«Lui, il a dû entendre ça quelque part auprès du journaliste de la télé, il est allé (écrire) ça», a-t-il déploré.

«C’est un opposant; tout ce qu’il peut faire pour détruire la CAQ, eh bien il le fait. Il dit des choses sur Twitter qui ne sont pas «fondamentales»», a ajouté M. Quenum.

«Je ne l’ai jamais senti»

Un peu plus tôt, en marge d’une conférence de presse, la candidate Sonia LeBel a déclaré qu’elle n’avait personnellement jamais vécu une situation du genre.

«Si vous insinuez qu’il y a un contrôle, moi, je ne l’ai jamais senti, personne de mes collègues ne l’ont jamais senti, et je doute fort que ça existe», a-t-elle insisté.

L’ancienne procureure a cependant refusé net de se prononcer sur le principe. Elle a plusieurs fois parlé de la nécessité de maintenir une «cohésion d’équipe».

Son collègue Ian Lafrenière a puisé dans l’expérience qu’il a acquise dans ses anciens habits de porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour offrir son analyse.

«C’est pas une histoire de... parce que je comprends où vous allez, là - est-ce qu’on va mettre de côté des questions ou pas. (...) Moi, je trouve ça important de savoir quel est votre type de question pour trouver le bon porte-parole», a-t-il offert.