L’enseignante Annie Boulianne et l’intervenant conseil et responsable de la cuisine entrepreneuriale, Pascal Tremblay, ont dévoilé le bar à salades de l’école secondaire Jean-Gauthier de Saint-Coeur-de-Marie.

École Jean-Gauthier: un bar à salades attendu

Les étudiants de l’école secondaire Jean-Gauthier du secteur Saint-Coeur-de-Marie, à Alma, ont maintenant accès à des aliments encore plus frais et provenant de cultures de proximité grâce à un bar à salades. Le nouvel élément de la cantine, qui est accessible trois jours par semaine, est opéré par des élèves en entrepreneuriat.

Le bar à salades est la seconde réalisation découlant de la subvention de 10 000 $ du programme De la ferme à l’école Canada d’Équiterre. La forêt nourricière, située dans la cour de l’école, a été inaugurée en septembre dernier.

Le projet, qui s’étend à l’intérieur et à l’extérieur des murs de l’école Jean-Gauthier, permet de sensibiliser les jeunes à l’approvisionnement local, aux saines habitudes de vie et au développement durable.

« On accueille la mesure favorablement. On fait le lien entre l’environnement, l’alimentation et apprendre à cuisiner. Dans le cadre de leur cours, les jeunes font le lien entre tous ces domaines. Cela pourrait même les initier au domaine de la restauration », explique le directeur de l’école, Jean-François Tadros.

L’ultime objectif de ce projet est que le bar à salades contienne un maximum d’ingrédients provenant de la forêt nourricière. Celle-ci contient des arbres fruitiers, des arbustes, des plantes comestibles et des fines herbes.

Une vingtaine d’élèves provenant de tous les niveaux, des secondaires 1 à 5, sont impliqués dans ce projet. Ils sont affectés à divers départements soit la production, le service, l’entretien, l’inventaire et la comptabilité.

Chaque midi, le bar à salades offre une salade composée ainsi que divers ingrédients permettant aux jeunes de créer leur propre assiette santé.

L’intervenant conseil et responsable de la cuisine entrepreneuriale, Pascal Tremblay, confirme que le projet était très attendu par les adolescents. « On me demandait chaque jour quand le bar à salades serait en fonction », confie-t-il.