Martine Couture, PDG du CIUSSS

Du nouveau à l'hôpital de Dolbeau-Mistassini

À compter de janvier prochain, l’hôpital de Dolbeau-Mistassini recevra des étudiants stagiaires en médecine de famille et anesthésie formés à la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke et ce, en collaboration avec le Programme de formation médicale à Saguenay (PFMS) qui a célébré l’an dernier ses dix ans d’existence.

La docteure Sharon Hatcher, directrice de l’enseignement au PFMS, a confirmé l’information mercredi soir à l’occasion du conseil d’administration du Centre intégré universitaire de Santé et Services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Mme Hatcher a expliqué aux membres du conseil d’administration qu’une entente vient d’être finalisée avec l’Université de Sherbrooke pour l’ouverture d’un stage obligatoire en médecine de famille et anesthésie à Dolbeau-Mistassini. C’est ainsi que deux étudiants en médecine pourront séjourner au sein de l’établissement pour des stages d’une durée de huit semaines chacun pour un potentiel de douze étudiants par année.

La directrice de l’enseignement a précisé que l’avènement du CIUSS a permis d’étendre les stages et la formation médicale à d’autres établissements de la région. C’est le cas également à l’hôpital d’Alma où le PFMS a développé un externat longitudinal intégré dans le cadre d’un projet-pilote. « Au lieu de faire un stage d’un mois d’un hôpital à l’autre, ces externes passent dix mois au Groupe de médecine familiale. Quatre d’entre eux sont présentement en stage. En 2016-2017, le GMF universitaire d’Alma a reçu sept résidents de première année en médecine de famille et dix en deuxième année. De son côté, le GMF de Chicoutimi a reçu douze résidents de première année en médecine de famille et douze en deuxième année. » Mme Harcher a mentionné que sans la mission régionale qu’assume le CIUSSS, il n’aurait jamais été possible d’étendre les programmes de formation et de stages vers le Lac-Saint-Jean.

Plan d’équipement

Les administrateurs ont pris connaissance du Plan de conservation de l’équipement et du mobilier présenté par le directeur logistique et service technique qui prévoit une enveloppe pour le remplacement des équipements médicaux 2017-2018 de 6,7 M $. L’argent servira à financer le remplacement d’équipements médicaux dont la durée de vie a été atteinte. En mai dernier, la direction a fait appel à l’ensemble des directions du CIUSSS afin de connaître leurs besoins. Les besoins exprimés ont totalisé une somme de 24,8 M $, excluant les réserves pour le remplacement requérant des sommes importantes. Dans la liste présentée, l’achat de deux tomodensitomètres à 800 000 $ pièce est prévue pour l’Hôpital d’Alma et de Dolbeau.

Code orange

Le CIUSSS a reçu la visite du commandant de la Base de Bagotville, William Radiff, accompagné de la médecin en chef Casey Campbell à l’invitation de François Lessard, coordonnateur, Sécurité, mesures d’urgence et sécurité civile au CIUSSS. La visite a été l’occasion de visionner une courte vidéo présentant le travail sur le terrain et à l’urgence par le personnel de l’hôpital de Chicoutimi lors de l’exercice de simulation d’écrasement d’un avion sur la base militaire réalisé en mai dernier. L’exercice mettait en cause 49 victimes devant faire l’objet d’une évaluation médicale sommaire, d’un triage, de soins sur place ou nécessitant des transports héliportés. Le document mis en ligne et visionné à 43 000 reprises a été l’occasion de souligner l’importance d’une collaboration étroite entre la Base de Bagotville et le CIUSSS en cas de catastrophe.

Enfin le directeur de la recherche et développement du CIUSSS, le docteur Martin Fortin, a présenté le bilan des activités du secteur pour l’exercice 2016. Il s’est dépensé 5,5 M $ en recherche et développement l’an dernier, dont 3,5 M $ pour projets auxquels ont participé des chercheurs de la région. 

Le CIUSSS englobe trois titulaires de chaire et chercheurs boursiers et six chercheurs réguliers actifs auxquels s’ajoutent 20 cliniciens-chercheurs, 40 employés de recherche, 60 étudiants aux cycles supérieurs, postdoctorants, stagiaires et résidents de recherche.

Le docteur Fortin a mentionné qu’à ce chapitre, le Saguenay-Lac-Saint-Jean fait l’envie de beaucoup d’autres régions.