Le Dr Donald Aubin
Le Dr Donald Aubin

Dr Donald Aubin refuse de paniquer devant l’explosion de cas de COVID

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
L’explosion du nombre de cas confirmés de COVID-19, avec un total de 105 et deux décès additionnels dans le bilan quotidien de lundi, ne doit pas créer de panique dans la population puisque le réseau de la santé est en mesure de faire face à la situation, mais cette donnée confirme les tendances observées par la Santé publique la semaine dernière.

Malgré l’augmentation des cas, le nombre d’hospitalisations à l’hôpital de Chicoutimi se situe entre 20 et 25 patients, incluant les personnes traitées aux soins intensifs.

Ce bilan confirme de plus que la propagation du virus, qui était en bonne partie concentrée dans les zones urbaines de Chicoutimi, Jonquière et Alma, migre lentement vers les MRC du Domaine-du-Roy et fort probablement de Maria-Chapdelaine dans quelques jours. Il y a déjà 15 cas actifs dans le secteur du Domaine-du-Roy, qui est sous surveillance en raison de la pénurie de main-d’œuvre toujours présente pour le secteur de la santé.

« Nous avions la même stratégie que l’Estrie, qui consistait à étouffer les éclosions et d’éviter la zone rouge qui a aussi des impacts sur la population. La semaine dernière, nous avons constaté que ça devenait plus difficile en raison de la transmission communautaire et ça se confirme. La zone rouge vise à freiner la propagation dans la communauté », a expliqué au Quotidien le directeur de la Santé publique, le docteur Donald Aubin.

Il aurait aussi été contreproductif de décréter des zones rouges dans deux MRC de la région et la Ville de Saguenay et de laisser les deux autres (Maria-Chapdelaine et Domaine-du-Roy) dans la zone orange. L’expérience a démontré ailleurs au Québec que la maladie finit par traverser les limites territoriales à l’intérieur d’une région administrative où les gens circulent.

Avec les nouveaux chiffres, la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean est devenue l’endroit qui affiche la plus forte croissance par 100 000 habitants au Québec. La progression est fulgurante, de l’avis du directeur de la santé publique. En un mois, la région est passée de 113 cas actifs de la COVID-19 à 364 cas avec en ce moment pas moins de 2000 personnes en isolement.

La Santé publique n’a visiblement pas l’intention d’imposer à la population des mesures additionnelles à celles prévues dans la zone rouge. Le docteur Aubin considère que si la population répond bien aux mesures actuelles de la zone rouge, qui limitent les regroupements, et fait l’effort de respecter la distanciation sociale avec le port du masque, il sera possible d’infléchir la courbe.

« Nous avons vu qu’il était possible de le faire dans les régions de Montréal et Québec », insiste le directeur de la Santé publique. Avec cette collaboration de la population, les analystes de la Santé publique estiment qu’il serait possible de revenir dans les paramètres de la zone orange dans quatre semaines puisqu’il faudra entre une et deux semaines avant de pouvoir mesurer les effets des mesures restrictives de la zone rouge sur la propagation du virus dans la communauté.

Dans l’analyse fine des chiffres de la journée, le directeur de la Santé publique note un ralentissement de la propagation dans le réseau de la santé qui a été durement éprouvé jusqu’à maintenant. Pour la journée de lundi, le bilan fait état de 10 nouveaux cas répartis entre l’hôpital de Chicoutimi, l’hôpital d’Alma et le CHSLD Jacques-Cartier.

Le CHSLD Jacques-Cartier a évidemment soulevé des inquiétudes dans le réseau puisqu’il s’agit d’un établissement d’une centaine de lits qui est relié à un CHSLD privé conventionné, le Centre d’hébergement Saint-François. Le directeur de la Santé publique estime que l’équipe en place a quand même réussi à ralentir la propagation pour le moment avec 30 cas positifs, dont 9 employés et 21 résidents.

Le CHSLD Isidore-Gauthier d’Alma est toujours en situation critique, selon le classement du ministère de la Santé et des Services sociaux, avec 27% de cas positifs par rapport au nombre de lits au permis alors que Jacques-Cartier est dans la catégorie sous haute surveillance avec 20% de cas positifs par rapport au nombre de lits.

Le CIUSSS doit également supporter des éclosions dans des résidences privées. C’est le cas de la Villa des Sables de Jonquière, qui affichait lundi 47 cas positifs, dont 40 résidents (sur 150) et 7 employés. Cette éclosion a débuté rapidement la semaine dernière.

La maladie se propage également à l’École secondaire Charles-Gravel. Le directeur de la Santé publique a fait état de 14 cas, dont 13 élèves et un membre du personnel. La présence du virus dans les écoles et les garderies est un autre indicateur de la circulation dans la communauté.

Il est difficile en ce moment pour les analystes de la Santé publique de faire des prédictions sur la progression de la maladie. Le Dr Donald Aubin estime que le nombre de cas du bilan quotidien de lundi est déjà passablement élevé. Il n’est pas impossible qu’il augmente encore pendant quelques jours pour commencer à diminuer avec les effets des nouvelles mesures de la zone rouge.