Le pédiatre Dany Harvey propose depuis des années de mettre en place un projet de prise en charge régional d’allergies pour les enfants et les adultes.
Le pédiatre Dany Harvey propose depuis des années de mettre en place un projet de prise en charge régional d’allergies pour les enfants et les adultes.

Dossier du Dr Dany Harvey: la chef de la pédiatrie espère un dénouement

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La chef du département local de pédiatrie d’Alma, Dre Claudyne Rousseau, espère un dénouement rapide quant à l’ultime tentative du pédiatre Dany Harvey d’obtenir une dérogation au plan régional d’effectifs médicaux (PREM) afin de se consacrer aux allergies à l’hôpital d’Alma sans occuper un poste de pédiatre. Celle qui chapeaute le département espère être en mesure de stabiliser rapidement l’équipe de cinq pédiatres, notamment en amorçant le processus de recrutement auprès d’une résidente ciblée qui complétera sa formation le 30 juin.

La spécialiste, qui a tenu à réagir, a profité d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien pour rappeler que le Dr Harvey occupe un poste de pédiatre sans répondre, depuis mars dernier, aux besoins des gardes qui vont de pair avec l’emploi.

« Si le Dr Harvey refuse de faire des gardes et que sa démarche politique n’aboutit pas à ce qu’il reçoive finalement un hors-PREM, qu’il sorte de l’hôpital et qu’il continue à voir ses patients d’allergies. Je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas voir les adultes. Qu’il vienne faire les procédures les plus risquées à l’hôpital, tel que proposé par le CIUSSS », mentionne celle qui pratique la pédiatrie depuis 23 ans à Alma.

Elle ajoute que la clinique d’allergies développée au fil des années par le Dr Harvey n’aurait jamais été en danger s’il avait complété ses gardes.

Dre Rousseau affirme que les gardes qui ne sont plus réalisées par le Dr Harvey sont à l’origine de découvertures survenues au cours des derniers mois. « Ça veut dire que les mamans enceintes d’Alma ne peuvent pas, à certains moments, accoucher à l’hôpital d’Alma. Actuellement, parce qu’il y a des découvertures, ça laisse des mamans orphelines qui ne peuvent pas accoucher chez nous », ajoute-t-elle.

La spécialiste mentionne que le fait que le Dr Harvey occupe un poste de pédiatre en attendant une réponse à la demande de dérogation du plan régional d’effectifs médicaux (PREM) l’empêche de recruter un autre spécialiste qui accepterait les périodes de garde. L’attente a assez duré, selon elle.

Dre Rousseau rappelle qu’elle ne s’oppose pas à la démarche du Dr Harvey, qui désire se consacrer aux allergies et autres anomalies connexes. « Si ça peut aider la population, il n’y a personne, ici, qui va se rebeller contre ça. C’est un excellent service à la population. Personne ne va remettre ça en doute », précise-t-elle.

+

UNE MÈRE ET PATIENTE LANCE UNE PÉTITION EN LIGNE 

La possible fin de l’existence en milieu hospitalier de la clinique d’allergies menée par le pédiatre Dany Harvey à Alma a suscité de vives réactions. Une pétition en ligne portant le nom « Garder notre seul spécialiste en allergies dans la région Dr Dany Harvey » a été lancée, mercredi soir, par Joëlle Turcotte.

La mère de famille explique que son fils de 8 ans est suivi depuis sept ans par le Dr Harvey, pour un total de huit allergies alimentaires. Mme Turcotte est elle aussi patiente du spécialiste pour plusieurs allergies, en plus d’être en plein processus de désensibilisation. 

« La gestion de toutes ses allergies [à mon fils] est difficile et amène un stress continuel, des visites régulières aux urgences et chez le médecin. Si, en plus, nous devons nous déplacer à Québec pour nos suivis, ajouter des congés de travail et d’école et devoir changer d’allergologue avec lequel un lien de confiance et même d’amitié a été établi, cela devient insensé », peut-on lire dans l’initiative citoyenne.

Mme Turcotte fait cet appel à tous dans l’objectif de garder en place l’expertise du Dr Harvey, « qui représente un atout dans notre arsenal médical et qui devient un besoin nécessaire pour les familles vivant quotidiennement avec des problèmes d’allergies ».

Réponse rapide

Le nombre de signataires a littéralement explosé, atteignant le cap des 500 noms en seulement quelques minutes, mercredi soir.

+

LA CLASSE POLITIQUE RÉAGIT 

« Dans le cas du Dr Dany Harvey, je suis la situation de très près. J’ai eu des discussions avec ma collègue McCann afin de m’assurer qu’il n’y ait pas de rupture de services en région pour les traitements en allergie. Une rencontre est prévue avec le CIUSSS. Il sera question de cette problématique la semaine prochaine. »

– Andrée Laforest, députée de Chicoutimi, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

 « Depuis ce matin, à la suite de l’article (du Quotidien), j’ai été interpellé à plusieurs reprises, directement ou par des messages à mon bureau de comté. Les citoyens sont très inquiets de perdre le service d’allergie pour la région. Je les comprends et je partage leur inquiétude. Je souhaite que rapidement, le CIUSSS et le docteur Harvey arrivent à une entente pour maintenir le service et permettre aux gens de continuer à recevoir les soins nécessaires dans notre région. »

– Éric Girard, député de Lac-Saint-Jean 

« Encore une fois, on voit une conséquence d’une centralisation. Le PREM a un calcul bureaucratique et le CIUSSS n’a pas de pouvoir. On a quelqu’un qui est spécialisé et reconnu, qui est prêt à quitter sa pratique de pédiatre, et le CIUSSS dit non. C’est toujours choquant de voir qu’une région est prête à s’organiser, mais que le système ne suit pas. Ce n’est pas à une région de s’adapter à un système bureaucratique ; c’est au système de s’adapter aux besoins d’une région. »

– Sylvain Gaudreault, député de Jonquière et porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de santé

Propos recueillis par Annie-Claude Brisson