Julie Dufour

Dominic Gagnon attaque Julie Dufour

Le chef d’Alliance Saguenay (AS), Dominic Gagnon, soulève des questions sur l’utilisation des fonds publics de la présidente de l’arrondissement de Jonquière, Julie Dufour. Il reproche à la conseillère municipale de se faire rembourser ses frais de scolarité « par les contribuables de Saguenay ».

En entrevue, Julie Dufour confirme être inscrite à temps partiel à la maîtrise en administration publique depuis quatre ans et se faire rembourser ses frais de scolarité par l’entremise de son budget de recherche et de soutien. Celle qui a réclamé 1723,90 $ en tout entre 2015 et 2018 voit dans cette formation un moyen de se perfectionner et de donner de meilleurs services aux citoyens.

« Pour être conseiller ou politicien, il n’y a pas une formation qui est préalable, mais on touche à des enjeux qui sont majeurs et des lois qui changent rapidement », indique-t-elle, assurant que tout est fait conformément aux lois provinciales et aux règlements de la Ville.

Dominic Gagnon a une interprétation différente de la situation. Il y voit un problème éthique. Selon lui, cette maîtrise s’adresse aux fonctionnaires qui font de la microgestion.

Dominic Gagnon

« Retourner aux études, c’est un investissement que l’on fait sur soi. Ça ne devrait pas être payé par les contribuables », lance-t-il, pour expliquer son point de vue. Le chef d’AS trouve indécent qu’une élue utilise de l’argent public pour se faire rembourser ses frais de scolarité, alors que des étudiants vivent sous le seuil de la pauvreté et doivent se contenter de prêts.

Il lie cette question à l’augmentation des taxes municipales et des salaires des conseillers. « Personnellement, je me serais gardé une petite gêne », précise-t-il.

MAMH

Le Guide administratif à l’usage des municipalités du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) n’est pas explicite sur le remboursement des frais de scolarité universitaires. Le MAMH écrit que des frais d’inscription et d’adhésion à des activités sont remboursables, à la condition qu’ils visent « l’acquisition de connaissance utiles à l’exercice [des] fonctions » de l’élu.

Tant l’administration de Jean Tremblay que celle de Josée Néron ont accepté de payer les frais de scolarité de Julie Dufour.

Enjeux

Dominic Gagnon demande à Julie Dufour de remettre l’argent qu’elle a reçu à la Ville. « Je ne lui demande pas de rembourser d’un seul coup. Elle pourrait redonner l’argent selon certaines modalités », propose-t-il.

De son côté, Julie Dufour persiste et signe. Ces cours lui sont utiles dans son travail d’élu. « J’espère que cette sortie-là [de Dominic Gagnon] n’empêchera pas d’autres conseillers dans la région et à travers le Québec à s’inscrire à des formations qui peuvent les aider à prendre des décisions et à être des meilleurs gestionnaires. On a s’attaque à des enjeux importants », pense-t-elle.