Me Dominic Bouchard a cessé la pratique du droit criminel au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Dominic Bouchard cesse la pratique dans la région

Le criminaliste Dominic Bouchard ne pratiquera plus le droit criminel au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il a par le fait même quitté le bureau des avocats Charles Cantin et Julien Boulianne.

Au cours des deux derniers mois, Me Bouchard ne s’est pas présenté dans les salles d’audience des tribunaux de Chicoutimi, Alma ou Roberval, une absence qui a suscité quelques interrogations.

Mercredi matin, le dossier de Jean-François Martel-Poliquin, accusé de conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions, revenait devant le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, pour les représentations sur sentence.

Comme Me Bouchard n’est plus au dossier, l’affaire a été remise à Me Julien Boulianne. Retenu à Alma pour une autre cause, son associé Me Charles Cantin a demandé à reporter le dossier à jeudi matin.

« Je vais écouter les représentations de la Couronne, mais je comprends la situation, car je sais que Me Bouchard n’est plus associé au bureau de Cantin et Boulianne », a laissé tomber le magistrat.

C’était la deuxième fois en l’espace d’autant de semaines qu’un juge faisait allusion à l’absence de l’un des avocats les plus en vue de la région. 

La juge Sonia Rouleau a indiqué que le criminaliste ne pratiquait plus le droit criminel dans la région.

Information confirmée, car le principal intéressé a fait parvenir une lettre en ce sens au juge coordonnateur Richard P. Daoust.

Il n’a pas été possible de connaître les raisons du départ de Me Bouchard du bureau de la rue Saint-Dominique.

Mes Cantin et Boulianne n’ont pas voulu commenter le dossier. 

Quant à Dominic Bouchard, il n’a pas été possible de le joindre. Les messages laissés n’ont pas été retournés.

Au cours des deux derniers mois, Me Bouchard a dû laisser de côté de nombreux dossiers de ses clients, dont certains assez importants.

C’est notamment le cas avec les affaires du policier Philippe Lajoie et de Jean-François Martel-Poliquin. Les dossiers ont été repris par ses anciens associés.

Me Bouchard représentait aussi le présumé meurtrier de Sandra Fortin, Luc Hamel. Le dossier a été transféré à l’avocat Sébastien Saint-Laurent, de la région de Québec.

Si le départ de Dominic Bouchard a créé un certain remous, cela ne semble pas avoir affecté les affaires de ses anciens associés.

À regarder régulièrement les rôles du Palais de justice de Chicoutimi, les dossiers menés par les avocats Boulianne et Cantin occupent beaucoup d’espace. De plus, ils ont été en mesure de reprendre la très grande majorité des affaires défendues par Me Bouchard auparavant. 

Dominic Bouchard était très présent dans le milieu judiciaire, mais aussi dans les médias. 

Il tenait une chronique hebdomadaire à Radio X, qu’il a laissée depuis la rentrée automnale.

Ancien procureur de la Couronne, il était revenu au Saguenay il y a une dizaine d’années afin de se joindre au duo de Charles Cantin et Julien Boulianne.