Deux équipes de Saguenay participent au concours universitaire d’Ubisoft. Onze universités sont inscrites à ce concours pendant lequel les étudiants ont seulement dix semaines pour développer un prototype de jeu vidéo sur le thème Générations.

Dix semaines pour concevoir un jeu vidéo

La compagnie Ubisoft a lancé vendredi la dixième édition de son concours universitaire. De jeunes étudiants sont invités à développer, en dix semaines, un prototype de jeu vidéo sur le thème Générations.

Onze universités, incluant le Centre NAD de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), participent au concours. Au total, une vingtaine d’équipes soumettront leur projet, dont deux équipes de Saguenay. Quarante mentors accompagneront les participants pour leur donner des conseils sur différents aspects de la conception d’un jeu vidéo.

« Les équipes peuvent interpréter le thème de plusieurs façons, indique Nathalie Verge, directrice des communications pour Ubisoft Montréal. Ça peut être de créer un jeu qui pourra être joué par plusieurs générations, des plus jeunes et des personnes âgées. Ça peut aussi être un jeu d’histoire qui s’écoule sur plusieurs générations, par exemple. »

Deux équipes de Saguenay participent au concours universitaire d’Ubisoft.

Nathalie Verge ajoute que le thème s’accordait particulièrement bien à la dixième année du concours. « Cette génération de développeurs va créer des jeux pour la prochaine génération de joueurs. On trouvait que pour les dix ans, c’était un thème parfait. »

Les participants du concours se rendront aux bureaux d’Ubisoft à Montréal pour présenter leur prototype à un jury constitué d’employés. L’équipe gagnante méritera un prix de 8000 $ en bourses d’études.

Sept autres catégories, comme le meilleur design de jeu, les meilleures direction et réalisation artistique ainsi que les meilleurs défis et innovations techniques, sont associées à des bourses de 2000 $. Le prix coup de coeur du public sera choisi par les employés, qui pourront essayer les jeux sur place et voter pour leur préféré.

En plus des 22 000 $ remis en bourses, Ubisoft garantit un minimum de dix stages et emplois dans son entreprise aux participants. « Il peut y en avoir plus. Ça dépend de nos besoins, explique Nathalie Verge. On s’engage à un minimum de dix, mais l’an passé, on en a offert une trentaine. »

Cette dernière souligne l’amélioration constante des participants depuis les débuts du concours. « Les jeunes font des choses de plus en plus impressionnantes. »