Le conjoint d’Hélène Martineau, Michel Larouche, a assisté aux recherches menées par la Sûreté du Québec, mercredi toute la journée, à Arvida. Rencontré peu après le départ des enquêteurs, il a accepté d’être pris en photo de dos, préférant ne pas faire de «déclaration officielle».

Disparition d'Hélène Martineau: de nouvelles recherches menées à Arvida

Les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) ont mené de nouvelles recherches mercredi à Arvida dans le dossier de la disparition d’Hélène Martineau, qui manque à l’appel depuis près d’un an et demi. Les sentiers du secteur de l’usine d’épuration ont été ratissés, en vain.

Une douzaine de policiers, visibles depuis le chemin de l’Usine d’Épuration, ont travaillé de la matinée jusqu’aux environs de 15 h, dans l’espoir de récolter de nouvelles informations en lien avec la disparition d’Hélène Martineau, une Arvidienne de 48 ans portée disparue depuis le 12 avril 2017.

Il a été impossible de savoir précisément ce qui a mené les enquêteurs à retourner sur le terrain. Hugues Beaulieu, porte-parole régional de la SQ, a indiqué que les enquêteurs souhaitaient réévaluer des éléments à certains endroits où des recherches avaient déjà été menées par le passé.

Les enquêteurs sont cependant repartis bredouilles après avoir terminé leur travail dans ce secteur. « Il n’y a pas de nouvelles informations, l’enquête est toujours en mouvement », a-t-il précisé. Il rappelle que toute personne ayant des informations en lien avec cette disparition est invitée à contacter les enquêteurs. 

Le conjoint d’Hélène Martineau, Michel Larouche, a assisté aux recherches toute la journée. Rencontré sur place, alors qu’il marchait en bordure du chemin de l’Usine d’Épuration, après le départ de la SQ, il a expliqué que les enquêteurs souhaitaient vérifier les alentours de sentiers fréquentés par Hélène Martineau.

Une douzaine d’enquêteurs de la Sûreté du Québec ont mené de nouvelles fouilles dans des sentiers du secteur de l’usine d’épuration, à Arvida, mercredi, dans le dossier de la disparition d’Hélène Martineau, qui manque à l’appel depuis le 12 avril 2017.

L’air fatigué et affligé, il a dit garder espoir que de nouveaux éléments puissent permettre d’élucider la disparition de sa conjointe.

La dernière médiatisation du dossier par la SQ remonte au mois d’avril dernier, alors que le poste de commandement du corps policier était de retour dans le quartier d’Arvida où habitait la dame et son conjoint, Michel Larouche, considéré comme suspect par les policiers.

M. Larouche a été interrogé et soumis au polygraphe au fil de l’enquête, test qu’il aurait échoué. La maison du couple avait également été passée au peigne fin, peu après la disparition de la dame. Une tente-roulotte et une remorque avaient également été saisies, quelques mois plus tard, sur un terrain de villégiature appartenant à Michel Larouche.

En mai, M. Larouche a annoncé offrir une récompense de 20 000 $ à quiconque permettra de retrouver sa conjointe.

Depuis la disparition d’Hélène Martineau, qui souffrait de problèmes de santé mentale, de nombreuses recherches et battues ont été organisées à Arvida, notamment dans le secteur du Manoir, où elle avait l’habitude d’aller marcher.