Les proches de Cédric Gouillart se sont regroupés une nouvelle fois, samedi, dans le but de retrouver l’homme de 48 ans porté disparu depuis une semaine.

Disparition de Cédric Gouillart: les policiers n'ont rien trouvé dimanche

Comme les 35 bénévoles de l’organisme Urgence sauvetage Québec samedi, les deux policiers de la Sécurité publique de Saguenay affectés à la disparition de Cédric Gouillart sont revenus bredouilles de leurs recherches à Laterrière, dimanche.
Employé civil à la Base militaire de Bagotville, Cédric Gouillart a été porté disparu samedi soir dernier.

L’homme de 48 ans manque à l’appel depuis plus d’une semaine, alors qu’il a quitté le domicile familial du chemin du Portage des Roches Sud après une dispute. Selon la Sécurité publique de Saguenay, l’enquête se poursuit, mais il est difficile d’évaluer si d’autres recherches terrestres seront menées prochainement.

«Deux agents se trouvaient sur le terrain depuis le matin et ils n’ont rien trouvé de suspect ou qui aurait pu nous mener sur une piste. Même si nous avons eu une bonne collaboration de la part des gens, leur aide peut toujours être utile s’ils ont des informations», indique le lieutenant responsable Karl Villeneuve, en fin de journée.

Samedi, les recherches vaines aux alentours du Camping Dubuc ont découragé la conjointe du disparu, Véronique Mercier. Le site se trouve près de leur résidence.

«C’est une journée à zéro. Je ne sais plus trop où j’en suis, alors je ne sais plus trop si j’ai encore espoir de le retrouver, a laissé tomber la dame, qui était sans nouvelles des policiers. C’est sûr que c’est frustrant et énervant, mais je comprends qu’ils ne peuvent pas toujours m’appeler. Mais quand il ne se passe rien, on espère toujours que le téléphone va sonner.»

Les bénévoles ont ratissé 15 km de berges des côtés nord et sud de la rivière Chicoutimi. Il est bien difficile de poursuivre les recherches jour après jour sans aucun indice. 

«Si un marcheur ou qui que ce soit trouve quelque chose de suspect ou un indice quelconque, il doit communiquer avec la police ou avec nous et nous pourrons poursuivre le travail. Mais sans indice, c’est bien difficile de chercher quelque chose», a expliqué Mickael Desbiens, responsable chez Urgence sauvetage Québec. 

La rivière Chicoutimi, qui est située à proximité, est également difficile d’accès en raison des courants. «Il n’y a pas eu de plongeurs, car rien ne pousse à chercher à cet endroit et il y a énormément de courant. De plus, il n’y a pas de grillage sur ce barrage, alors si quelqu’un tombe dans l’eau, il n’est pas retenu par la structure», a ajouté M. Desbiens. 

Employé civil à la Base militaire de Bagotville, Cédric Gouillart a été porté disparu le samedi 19 mai. La semaine dernière, Véronique Mercier confiait que son conjoint avait fait une tentative de suicide quelques jours avant de disparaître. 

À son départ, Cédric Gouillart portait des vêtements foncés et avait un cellulaire, mais l’appareil n’émet pas de signal depuis. L’homme mesure 1,82 mètre, pèse 80 kg, a les yeux marron et les cheveux noirs et courts. Il est parti sans son porte-feuille. Avec Patricia Rainville et Jonathan Hudon

Des bénévoles ont répondu à l’appel d’Urgence sauvetage Québec, samedi, à Laterrière.