Josée Néron a répondu aux commentaires d’Andrée Laforest concernant l’ambiance au conseil de ville de Saguenay.

Discorde au conseil municipal de Saguenay: Josée Néron rassure Andrée Laforest

Rencontrée mercredi, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, a répondu aux commentaires faits par Andrée Laforest en entrevue sur les ondes de Radio-Canada, à propos de la discorde qui anime le conseil municipal de Saguenay depuis plusieurs semaines.

« On comprend très bien les préoccupations de Mme Laforest, maintenant je peux la rassurer, a déclaré Mme Néron. Les deux dernières années qu’on a passé à travailler ensemble sont des années qui nous permettent, oui, de comprendre qu’il y a un moment où on a peut-être eu ça un peu plus chaud, mais on est tous au rendez-vous et je veux vraiment porter le message à la population, on veut travailler ensemble pour le développement de votre ville, pour permettre à cette ville de se positionner et de rayonner. »

Mme Laforest avait notamment laissé entendre que les conseillers et la mairesse de Saguenay oubliaient que le travail d’élu se fait au service du citoyen. Josée Néron croit que la discorde provoquée par le refus du budget était plutôt une façon de « passer un message », et réitère qu’il est maintenant primordial pour le conseil municipal d’aller de l’avant avec les projets qui sont sur la table. Mme Néron répète que les projets structurants seront ramenés moyennant une nouvelle grille d’analyse, plusieurs étant déjà à des stades avancés : « Si je regarde le pont Ste-Anne, il y a une résolution qui a été passée début 2019, donc on attend le montant du gouvernement provincial. Tout ça, le projet comme tel, nous on est en attente. Le travail a été fait, les choses ont été livrées, nous on attend tout simplement d’avoir le coup de départ. »

La mairesse rappelle la subvention de 7,5 M$ du Soccerdôme et mentionne qu’un appel d’offres sera lancé dans les prochains jours pour obtenir un plan de fonctionnalités techniques. « Ça va nous permettre après d’aller en appel d’offres pour un clé en main à 25 M$, explique Mme Néron. On a ce qu’il faut pour travailler, il faut juste travailler à réaliser le projet pour qu’il y ait une pelle sur le terrain en 2021 et permettre à nos jeunes de pratiquer leur sport dans un endroit adéquat. » En ce qui concerne le projet d’amphithéâtre à Chicoutimi, Mme Néron indique attendre le travail du consultant Étienne Jacques avant de porter le dossier auprès du gouvernement pour obtenir des réponses.