Direction la Hongrie pour Marjorie Pedneault, atteinte d’un cancer incurable

Marjorie Pedneault, une Jeannoise atteinte d’un cancer du sein métastatique, s’envolera prochainement pour la Hongrie afin de recevoir un traitement qui n’est pas disponible au Canada.

« La plupart des traitements accessibles qui semblent fonctionner pour mon type de cancer se trouvent à l’extérieur du pays et sont très dispendieux, raconte Mme Pedneault. Il n’y a pas de fin, tant qu’il y a de l’argent. C’est pour ce fait qu’il est difficile pour moi de mettre un montant X, mais chose certaine, ce que je sais maintenant, c’est que vous êtes des milliers derrière moi, à m’appuyer et à bien vouloir m’aider de quelque façon que ce soit. Tout ça sera réalisable entre autres grâce à vos dons, c’est d’ailleurs pourquoi nous ne nous arrêterons pas là dans nos recherches. Je vous en serai éternellement reconnaissante de me permettre de garder espoir et de rester en vie le plus longtemps possible ».

Si tout se passe bien, elle devrait quitter le 8 juillet pour l’Europe. « Nous attendons l’approbation de la police hongroise, ainsi que du fédéral, afin d’avoir une exemption des deux semaines d’isolement », explique Marjorie Pedneault.

Si l’option de la Hongrie doit être écartée, elle devra se tourner vers le Mexique pour une injection intratumorale d’immunothérapie. Le traitement devra être administré par un médecin américain, mais qui doit faire cette intervention dans un autre pays. Ce traitement coûte environ 150 000 $ pour une seule intervention.

Intervention réussie à Roberval

Récemment, elle a subi une opération à l’hôpital de Roberval et le tout s’est bien déroulé. « Je remercie la merveilleuse équipe de Roberval de m’avoir pris en main aussi rapidement et de s’être si bien occupée de moi, des personnes humaines et consciencieuses qui, chaque fois, m’épatent », a souligné Marjorie Pedneault sur la page Facebook de sa collecte de fonds.

Depuis son retour, de la Californie au mois de mai, elle se sent bien malgré la fatigue et la distanciation qu’elle doit tenir avec ses garçons. Elle continue de chercher des solutions à sa maladie. « Nous continuons nos recherches afin d’ajouter d’autres types de traitements. Ce ne sera pas évident encore une fois, mais je garde le cap, une journée à la fois, voire même une heure à la fois. De vous lire me redonne la force dans les moments plus difficiles », a-t-elle répondu à plusieurs internautes qui demandaient des nouvelles.

Sa campagne de financement organisée sur les médias sociaux afin de l’aider pour la panoplie de traitements et de médicaments continue de recevoir des fonds. Le montant amassé est désormais tout juste sous la barre du 250 000 $. L’objectif initial était de 50 000 $. Plusieurs donateurs ont même proposé qu’elle augmente l’objectif afin d’inciter les gens à continuer de donner.

Rappelons que c’est en octobre 2018 qu’elle avait reçu son premier diagnostic de cancer du sein triple négatif alors qu’elle était enceinte de son deuxième garçon.

C’est en avril dernier que la mère de famille apprenait que le cancer avait continué de faire des ravages malgré les nombreux traitements et que son cancer était dorénavant un cancer du sein métastatique, un cancer de stade 4 considéré comme incurable.

Il est toujours possible de faire un don via la page Facebook de la campagne de financement.