Diffusion Saguenay cherche à remplacer Claude Simard, ex directeur général maintenant à la retraite et lance un appel de candidatures à l'échelle provinciale.

Diffusion Saguenay cherche un successeur à Claude Simard

Diffusion Saguenay est à la recherche d’un nouveau directeur général. Un appel de candidatures vient tout juste d’être publié à l’échelle provinciale afin de trouver un successeur à Claude Simard, qui a récemment pris sa retraite.

Lors du départ du directeur, le président du conseil d’administration de l’organisme de diffusion culturelle, Me Pierre Mazurette, a aussi tiré sa révérence. Il a cédé sa place à Phil Desgagné, qui était vice-président de la corporation.

L’appel de candidatures précise que le poste requiert un diplôme universitaire de premier cycle en administration, loisirs, culture et tourisme ou un domaine équivalent.

Un minimum de huit années d’expérience pertinente est demandé, de préférence dans le domaine culturel, dont quatre années passées dans un poste de gestion.

Habiletés relationnelles
La capacité de s’exprimer en anglais est considérée comme un atout, mais n’est pas obligatoire.

« Gestionnaire mobilisateur, vous vous démarquez par vos qualités de rassembleur et vous savez diriger une équipe autour d’une vision stratégique commune. Doté de fortes habiletés relationnelles, vous êtes à l’écoute et sensible tant aux préoccupations des employés qu’à l’obligation de faire découvrir à tous les publics les arts de la scène sous toutes ses formes », est-il résumé dans l’offre d’emploi.

Le salaire annuel versé au candidat choisi se situera entre 70 000 $ et 85 000 $.

Par la même occasion, Diffusion Saguenay lance un avis d’intérêt aux personnes désireuses de siéger au conseil d’administration.

Conseil d'administration
Ainsi, des personnes « leaders » et sensibles aux réalités des diffuseurs en région et qui souhaitent faire une différence sont invitées à faire parvenir leur curriculum vitae à Diffusion Saguenay.

+

CAMPING JONQUIÈRE À LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU DG

Le conseil d’administration du Camping Jonquière, qui a récemment congédié son directeur général, cherche un successeur à Richard Brabant.

Vendredi, le CA a publié un appel de candidatures sur la page Facebook du camping. L’avis précise que la corporation souhaite embaucher un directeur dont le rôle sera de « planifier, organiser, diriger, contrôler et évaluer l’ensemble des opérations du Camping Jonquière », un organisme sans but lucratif (OSBL) situé à Lac-Kénogami.

Les administrateurs du camping n’ont eu d’autre choix que de licencier le DG il y a deux semaines, après que Le Quotidien eut révélé que l’organisme avait à nouveau reçu un avis de non-conformité du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, relativement à des travaux non conformes réalisés sans permis.

En mars, le Camping Jonquière a plaidé coupable à des accusations déposées par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) en lien avec des manquements à la Loi sur l’environnement. Il a dû payer une amende de 20 000 $. Au début de l’été, les autorités municipales ont servi un avertissement à la direction du camping, financé par la Ville à hauteur de 20 0000 $ annuellement, et ont demandé à ses dirigeants de produire un plan de redressement. Les deux parties s’étaient engagées à travailler ensemble pour développer ce qui est considéré comme un « joyau touristique » à Jonquière. Devant les nouveaux manquements, Saguenay a menacé de retirer la subvention si le directeur général n’était pas remercié. Le Camping a annoncé le congédiement de M. Brabant dans les jours suivants.

Dans son avis d’intérêt, le camping précise que les candidats devront posséder un diplôme d’études collégiales ou universitaires en tourisme, environnement, préservation faunique ou administration. Des qualités comme le leadership et le sens des responsabilités sont demandées, tout comme la capacité de démontrer son intégrité et sa rigueur dans le cadre du travail. Le bilinguisme est aussi souhaité. Le salaire versé au futur directeur général est à déterminer.