Le Cégep de Chicoutimi a dû revoir toutes ses activités de recrutement, en raison des restrictions imposées par le gouvernement.
Le Cégep de Chicoutimi a dû revoir toutes ses activités de recrutement, en raison des restrictions imposées par le gouvernement.

Difficile de recruter dans les cégeps en ces temps de pandémie

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
C’est bien connu : la pandémie empêche la tenue d’une foule d’activités traditionnelles, dans tous les domaines. Pour les cégeps, en plus de changer la façon de donner les cours, elle vient mettre un frein aux activités de recrutement.

Au Cégep de Chicoutimi, il a fallu se réinventer. Notamment, la journée En route vers son Cégep est passée en mode virtuel.

« C’est très difficile. Nous devons presque tout recommencer à zéro. Toutes les activités qui roulent depuis de nombreuses années ne fonctionnent plus. Alors, il faut trouver des solutions, il faut innover », affirme Éric Emond, directeur des affaires corporatives et des communications, lors d’un entretien téléphonique avec Le Progrès.

Autre exemple : le Salon ZigZag, qui permet aux élèves de secondaire 3, 4 et 5 de découvrir les programmes des établissements postsecondaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean, n’a pas pu avoir lieu à l’automne, tout comme l’activité Étudiant d’un jour, durant laquelle un élève de secondaire 5 passe une journée avec un étudiant du cégep pour voir comment fonctionne un programme qui l’intéresse.

Toute l’organisation du Cégep de Chicoutimi a travaillé de pair pour trouver de nouvelles façons de joindre les élèves qui finissent bientôt le secondaire. Le premier réflexe est, bien sûr, d’utiliser la technologie, mais ce n’est pas si simple que ça.


« Le défi, c’est d’être ingénieux et de s’assurer que les élèves et les parents vont trouver les informations de manière relativement facile, et surtout intéressante. On peut bien mettre en ligne n’importe quelle vidéo d’une heure, si elle n’est pas dynamique, on sait bien que les gens vont décrocher rapidement »
Éric Emond

En route vers ton Cégep

Au mois de novembre, tous les cégeps du Saguenay–Lac-Saint-Jean participent à la Semaine régionale d’information scolaire. Chaque établissement accueille pendant une journée les élèves de secondaire 5 de son secteur afin de leur présenter non seulement ses programmes, mais aussi certains qui se donnent exclusivement dans d’autres établissements scolaires de la région. Cette année, on a décidé de tenir tout de même cette journée, mais de la transposer sur le Web.

Au Cégep de Chicoutimi, des vidéos d’échange entre des professeurs et des étudiants sur chacun de ces programmes ont été produites. On a ainsi voulu répondre aux questions habituellement posées par les futurs élèves durant les journées portes ouvertes.

Les élèves peuvent donc s’inscrire par le biais de leur école et pourront de cette façon avoir accès à du contenu en ligne selon leurs intérêts. Pour accommoder le plus de jeunes possible, les vidéos pourront être visionnées pendant plusieurs jours, en novembre.

Le Cégep de Chicoutimi a également amélioré sa technologie de réalité augmentée pour permettre aux élèves intéressés de visiter l’école de façon virtuelle. Des rendez-vous en ligne peuvent être également pris avec une conseillère d’orientation pour les parents ou les étudiants qui aimeraient obtenir plus d’informations sur certains programmes.

Situation semblable au Collège d’Alma

Les difficultés de recrutement touchent le Collège d’Alma, qui s’est lui aussi tourné vers le virtuel pour la tenue de ses activités. Pour la Journée des cégeps, 88 ateliers seront accessibles en ligne pour les jeunes de secondaire 5 de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est.

L’établissement scolaire offre également davantage de consultations individuelles en ligne, une demande qui a fortement augmenté au cours des derniers mois. Les futurs étudiants peuvent entrer en communication avec des ressources pour en savoir plus sur les différents programmes.

Des réseaux sociaux transformés

Si une personne s’aventure sur la page Facebook du Collège d’Alma, elle remarquera assez vite que les communications n’ont pas le ton sérieux des autres institutions scolaires. L’humour, les personnages de légendes et de jeunes étudiants sont au centre des récentes publications plutôt comiques de l’établissement.

Des tests effectués ici et là au cours de la dernière année ont montré que l’utilisation de l’humour améliorait la portée et la rétention des informations par les étudiants. « L’idée, c’est de transmettre des messages importants, mais de façon humoristique, de façon légère. On voit que ça fonctionne. Il y a beaucoup de partages ; les portées sont plus grandes », explique le conseiller en communication du Collège d’Alma, Frédéric Tremblay.

Les communications sont plus efficaces qu’elles ne l’étaient avant, même lorsqu’elles sont plus longues.

Le contenu est réalisé en collaboration avec Julie Dufour, de l’Agence 206. Ensemble, ils arrivent même à créer une mythologie unique au Collège d’Alma. Des porte-parole étudiants ont également été choisis pour participer à ces communications.

M. Tremblay est bien fier de la réussite de ce virage. Il pense que ce changement apporte un caractère distinctif et pourrait intéresser de futurs étudiants à en apprendre davantage sur l’établissement collégial.