Le président d’honneur du brunch-bénéfice, Steeve Keegan, a décidé de s’impliquer puisque sa fille de 9 ans, Crystelle, est diabétique.
Le président d’honneur du brunch-bénéfice, Steeve Keegan, a décidé de s’impliquer puisque sa fille de 9 ans, Crystelle, est diabétique.

Diabète Saguenay: le président d’honneur et son entreprise remettent 30 600$

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Le brunch-bénéfice de Diabète Saguenay a été une fois de plus un succès sur toute la ligne, dimanche, avec plus de 350 personnes réunies à l’hôtel Delta Saguenay et le dévoilement d’un montant de 30 600 $ amassé par le président d’honneur de l’événement, Steeve Keegan, représentant pharmaceutique chez JAMP Pharma.

Le président de Diabète Saguenay, Gontran Allard, était très émotif à l’issue du brunch. « J’attendais un peu plus de 300 personnes et on a dépassé 350. C’est formidable ! Je suis sincèrement comblé par les personnes présentes. Ce ne sont pas seulement des diabétiques qui se sont déplacés. Il y a des gens qui sont là pour la cause. Je manque de mots pour exprimer ma gratitude envers ces personnes », a-t-il exprimé, avec un soupçon de sanglot dans la voix.

L’énorme succès de cette année est grandement attribuable à la campagne menée par M. Keegan. Le représentant a amassé 15 300 $ en dons de la part des pharmacies de la région. De plus, son entreprise, JAMP Pharma, a doublé le montant, pour un total de 30 600 $. « Je ne m’attendais pas à un aussi grand impact de sa part. C’est une première de voir un président d’honneur amasser 30 000 $. On a été choyés l’année dernière avec Justin Saint-Pierre, qui avait apporté beaucoup de gens. L’impact a surtout été grand chez les jeunes. Cette année, c’est un coup de pouce financier incroyable », a commenté M. Allard, qui exerce les fonctions de président depuis quatre ans.

De son côté, M. Keegan a expliqué les raisons qui l’ont poussé à s’impliquer. « Je suis ici principalement parce que ma fille est diabétique. J’ai accepté la présidence d’honneur du brunch et je me suis impliqué à fond afin de trouver des partenaires financiers pour aider la cause. Mes partenaires d’affaires ont embarqué avec moi. »

Le brunch annuel est une importante source de financement pour l’organisme. « C’est la grosse partie de notre financement. Sans le brunch, on ne serait pas riches. On reçoit des subventions du gouvernement, mais c’est un montant minimum qu’il faut gagner chaque année en remplissant de la paperasse », a expliqué M. Allard, qui n’était pas en mesure de confirmer le montant total amassé par l’événement.

Plus de 350 personnes ont participé à l’événement le plus important de l’année pour Diabète Saguenay.

Avec les fonds récoltés, Diabète Saguenay souhaite venir en aide aux jeunes diabétiques. « L’année dernière, on a envoyé 14 jeunes au Camp pour enfants diabétiques de l’Est-du-Québec (CEDEQ). C’est environ 1000 $ par jeune que l’on envoie », a raconté M. Allard.

À cette occasion, les jeunes peuvent apprendre à être plus autonomes avec leur condition, en plus de profiter des joies de l’été. Le tout, dans un environnement bien encadré par une équipe multidisciplinaire de soins de santé, composée de médecins, d’infirmières et de diététistes.

La jeune Crystelle Keegan, la fille de 9 ans de Steeve Keegan, a participé au CEDEQ l’été dernier et elle a grandement apprécié l’expérience. « On a fait plein d’activités. Il y a un lac et des canoës. C’était vraiment l’fun de pouvoir s’amuser avec d’autres enfants qui sont diabétiques comme moi. »

Diabète Saguenay aide également les personnes diabétiques à recevoir les soins nécessaires à leur bon fonctionnement. « Les diabétiques ont beaucoup de problèmes avec leurs pieds et aller chez le podiatre, c’est dispendieux. On leur donne donc un montant d’argent pour les aider à avoir des soins. »

Donner toute l’année

Gontran Allard invite les gens à encourager la cause. « Ça coûte seulement 20 $ pour être membre de Diabète Saguenay et par le fait même, de Diabète Québec. Sans ces 20 $, on ne serait pas capables de faire tout ce que l’on fait. On offre beaucoup d’activités aux membres et aux personnes qui les accompagnent. Il faut savoir aussi qu’on n’est pas obligé d’être diabétique pour être membre. Moi-même, je ne le suis pas, mais je vis avec quelqu’un qui l’est et depuis qu’on le sait, on a dû changer notre alimentation. Ç’a été bénéfique pour moi aussi. »

Diabète Saguenay soufflera ses 40 bougies l’année prochaine. M. Allard a confié que l’anniversaire sera souligné, sans toutefois dévoiler ses plans. « Ça va faire 100 ans que l’insuline a vu le jour et 40 ans pour nous. Il s’organise quelque chose pour 2021, mais je vais attendre avant d’en parler. Ça va être quelque chose. »