Daniel Gobeil convie ses membres à une rencontre d’information, lundi soir, à Alma.

Devant l’incertitude, les producteurs de lait s’organisent

Devant l’insécurité de ses membres depuis la signature du nouvel accord économique du Canada avec les États-Unis et le Mexique, l’Association des Producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean organise une rencontre d’information, lundi soir à Alma, qui sera aussi l’occasion d’organiser les prochaines actions du regroupement.

« On voulait attendre de connaître plus en détail l’entente, mais il y a tellement de questionnement, on veut livrer à tout le monde la bonne information. L’incertitude, il n’y a rien de pire que ça. On ne veut pas que de mauvaises décisions soient prises dans cet état, affirme le président de l’organisation, Daniel Gobeil. J’ai reçu beaucoup d’appels de gens découragés. Il y a eu la sécheresse cet été, les prix qui sont bas, et avec le gouvernement qui nous abandonne, ça fait beaucoup dans la même année. »

L’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AÉUMC), qui a été annoncé le 30 septembre, permet des accès supplémentaires au marché laitier du pays. M. Gobeil interpelle toute la communauté régionale. « J’ai parlé à des gens de l’industrie du bois et de l’aluminium. Nous sommes les grands perdants, mais on cherche encore les gagnants dans cet accord. »

Bottle and glass of milk isolated on white, lait

Les quelque 290 producteurs laitiers de la région ont été convoqués à 19 h, à l’Hôtel Universel d’Alma. Ce sera « la première action d’une longue série », indique Daniel Gobeil. L’Union des producteurs agricoles tient aussi son congrès régional dans la ville jeannoise, jeudi, et l’enjeu de l’AÉUMC sera sûrement discuté. Le député libéral à la Chambre des communes, Richard Hébert, risque également de recevoir de la visite.

« C’est une autre claque dans la face pour nos producteurs et on va avoir besoin du même gouvernement qui nous a vendu pour compenser les pertes. Mais vous savez quoi, on a le menton solide dans la région et comme un bon boxeur, on va se relever et continuer le combat ! », commente par voie de communiqué le président de la fédération régionale de l’UPA, Mario Théberge, qui sera aussi présent à la rencontre lundi.

Appel au boycottage

Même si les producteurs laitiers veulent agir, ils doivent le faire de façon concertée, selon le président de leur association. On voit par exemple plusieurs appels au boycottage des produits laitiers américains. « Il faut être délicat, parce que ce ne sont pas tous les produits canadiens qui sont affichés clairement comme tels. Par contre, c’est sûr que c’est une bonne initiative d’encourager l’achat local, pour l’environnement et pour nos transformateurs de la région. On a des belles laiteries qui ne veulent que du succès. »

Selon l’association, le secteur laitier dans la région représente 2500 emplois en production, pour un total de 163 millions de litres de lait produit et une contribution de 250 M$ au produit intérieur brut (PIB).