Funéraille de Thierry Leroux

Deuxième partie des gros dossiers juridiques de 2016

L'année 2016 aura été fertile en émotions et en décisions judiciaires. Comme les autres années ? Pas tout à fait. Les palais de justice de Chicoutimi, d'Alma et de Roberval ont regorgé de dossiers majeurs. Il y aura eu malheureusement de tout. Des accidents mortels dus à l'alcool à un meurtre, en passant par des agressions sexuelles, des policiers dans l'eau chaude, des fraudes de médecins et un chien abattu en légitime défense. Voici la deuxième partie des moments marquants des 12 derniers mois.
Thierry Leroux était à l'emploi du service de police de Lac-Simon lorsqu'il est décédé dans l'exercice de ses fonctions le 13 février.
Agent abattu
Le policier Thierry Leroux, de la Sûreté du Québec, est tombé sous les balles alors qu'il était en service, dans la petite localité de Lac-Simon, à une trentaine de kilomètres de Val-d'Or. L'agent était originaire d'Amos, mais vivait à Chicoutimi. Son décès a semé la consternation parmi les policiers de la Sécurité publique de Saguenay et de la Sûreté du Québec, de même qu'au Collège d'Alma où il a fait ses études.
Richard-Yves Chassé a été acquitté des quatres chefs d'accusation dont celui d'avoir volontairement tué le chien de ses voisins.
Goliath tiré par un voisin
La mort du bouledogue américain Goliath a fait les manchettes en 2016. À la suite d'un long procès, Richard-Yves Chassé a été acquitté de toutes les accusations déposées contre lui en lien avec cette affaire survenue à Saint-Honoré. Le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, a retenu le témoignage de l'accusé, qui dit avoir voulu tout simplement se défendre. Il a tiré sur le chien qui fonçait sur lui.
Sébastien « Pellicule » Tremblay, le gardien de nuit du Lac Pouce à Laterrière, est reconnu coupable d'attouchements sexuels sur cinq jeunes garçons âgés de 8 à 12 ans.
Agresseurs sexuels
Trois dossiers à caractère sexuel ont particulièrement marqué l'actualité régionale en 2016. L'histoire du beau-père agresseur a suscité de nombreux commentaires. Il a notamment fait cinq enfants à sa belle-fille avant que la situation soit dénoncée. L'homme de 60 ans a reçu une sentence de six années d'emprisonnement pour des accusations de voies de fait, d'attouchements sexuels et d'agressions sexuelles. Il partageait sa vie sexuelle entre sa conjointe et sa belle-fille. La sordide histoire s'est déroulée sur une période de 20 ans.
Par ailleurs, un père de famille devra purger cinq ans de pénitencier pour avoir eu des relations sexuelles complètes avec sa fille. Celle-ci avait posé des questions à son père sur les relations sexuelles. Le père a décidé de lui fournir les réponses, mais en passant de la théorie à la pratique. Il y aura eu neuf relations sexuelles complètes.
Finalement, Sébastien «Pellicule» Tremblay a été reconnu coupable au terme d'un long procès pour avoir commis des attouchements sexuels sur cinq jeunes garçons âgés de 8 à 12 ans au centre plein air du Lac Pouce à Laterrière, en 2013. L'individu maintenant âgé de 25 ans doit recevoir sa sentence le 27 janvier. L'agresseur s'expose à une peine minimale de 12 mois de prison.
Médecins condamnés
Les médecins Christian Lalancette et Sylvain Simard ont chacun reçu une amende de 68 000 $ et ont été condamnés à 150 heures de travaux communautaires pour une fraude envers les ministères du Revenu de Québec et d'Ottawa. La Clinique d'esthétique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qu'ils possédaient, a été condamnée à une amende de 192 370 $ d'amende. Le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec, a retenu que les deux professionnels avaient omis de déclarer des revenus de plus de 210 000 $ aux gouvernements, les privant ainsi de revenus de taxes. Ils ont pu éviter la prison.
Le conseiller Bernard Noël avait admis sa culpabilité devant la Commission des affaires municipales du Québec.
Bernard Noël coupable
Le conseiller municipal Bernard Noël a été suspendu de ses fonctions d'élu pour une période de 60 jours (sans rémunération) pour avoir effectué un voyage à Nice, en France, aux frais des contribuables en 2013.
En mai dernier, au moment où son procès devait commencer devant la Commission municipale du Québec, M. Noël a finalement reconnu sa culpabilité et a, par le fait même, disculpé le maire de Saguenay, Jean Tremblay, en précisant que celui-ci n'était pas au courant de son voyage familial à une étape du Tour de France. Il avait prétendu y être allé pour obtenir de l'information afin d'améliorer la course cycliste de la Coupe des nations. Il avait utilisé une subvention de 5500 $ pour réaliser le voyage. Il a remboursé la somme. À la suite de cette histoire, M. Noël a démissionné de son poste de président d'arrondissement de Jonquière, mais a repris son siège de conseiller municipal.
Complot pour meurtre
Une dernière histoire invraisemblable s'est déroulée dans la région lorsque Jimmy Bouchard, un homme de Saint-Stanislas au Lac-Saint-Jean, a été arrêté après avoir offert une somme d'argent à un agent infiltré de la Sûreté du Québec pour faire tuer son ex-conjointe. Les policiers ont eu vent de l'histoire lorsqu'un proche a communiqué l'information. L'individu a vu sa remise en liberté être refusée et a fixé son enquête préliminaire au 15 février.
Une autre affaire sordide a eu lieu au printemps. Carl Lussier et sa conjointe Julie Morissette ont été accusés d'avoir tenté d'assassiner l'ex-conjoint de la dame, Martin Duchesne. Ce dernier a été battu sauvagement et il avait identifié Lussier comme étant son agresseur. Au terme de six mois de détention, d'une enquête préliminaire et d'une enquête de remise en liberté, Carl Lussier a pu retrouver sa liberté. Il demande un procès devant jury.