Mathieu Parente-Soares est accusé d’avoir allumé un incendie et d’homicide involontaire, puisqu’un homme âgé avait perdu la vie.

Deux procès devant jury en septembre

Les citoyens des districts judiciaires d’Alma et de Chicoutimi auront à déterminer, en septembre, si Mathieu Parente-Soares est coupable d’avoir allumé un incendie criminel causant la mort et si Donald Ouellet a tenté de soutirer une somme de 100 000 $ à une connaissance.

Au cours des derniers jours, environ 200 citoyens du secteur d’Alma et autant de Saguenay ont reçu une lettre officielle des bureaux des shérifs des deux palais de justice en lien avec la sélection des jurés.

À Alma, les candidats jurés doivent se présenter le lundi 17 septembre 2018 à compter de 8 h 45 à la salle 1.13 du palais de justice de la rue Harvey. Le juge Louis Dionne, de la Cour supérieure du Québec, présidera le procès, alors que Me Julie Lajoie, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), et Me Louis Belliard, en défense, feront valoir leur point de vue aux 12 membres du jury.

Dans la semaine qui précédera le début du procès, les deux procureurs débattront de certains points de droit qui devraient être admissibles ou non durant le procès. Le magistrat déterminera si ces éléments peuvent être amenés en preuve devant le jury.

Mathieu Parente-Soares, un ressortissant français, est accusé d’avoir allumé un incendie criminel, dans la nuit du 13 juin 2017, à proximité d’un mur extérieur d’une résidence privée de la rue Collard, à Alma, et d’homicide involontaire, car un homme a perdu la vie dans cet incendie.

Fraudeur
Dans un autre dossier, des citoyens de Saguenay sont convoqués pour le 24 septembre, là aussi pour la sélection du jury dans le dossier du présumé fraudeur Donald Ouellet.

L’individu d’une cinquantaine d’années a été arrêté le 27 juin 2017 après avoir tenté de frauder une connaissance d’une somme de près de 100 000 $. En plus d’être accusé de tentative de fraude, Ouellet fait face à des accusations d’entrave à la justice (avoir incité le plaignant à retirer sa plainte) et d’avoir tenté, par le biais d’une tierce personne, d’intimider la victime de cette tentative de fraude.

Les intérêts de l’accusé seront représentés par Me Olivier Théorêt et Me Nicolas Gagnon, de l’Aide juridique, alors que la preuve de la Couronne sera administrée par Me Karen Inkel. La durée du procès est prévue pour trois semaines.

Obligations
Pour revenir sur les avis de convocation, il faut savoir que les personnes contactées ont l’obligation de se présenter dans les palais de justice pour la sélection du jury. Les gens qui feront défaut de se plier à cette exigence s’expose à une amende ou pourrait même se retrouver avec une peine d’emprisonnement.

Il est possible d’obtenir une exemption pour devenir juré, notamment si une personne est âgée de plus de 65 ans ou si elle n’a pas la citoyenneté canadienne. D’autres possibilités existent.

Il faut savoir qu’un employeur ne peut empêcher un employé à se présenter à la sélection du jury et ne peut l’empêcher d’agir à titre de juré.