C’est un appareil comme celui-là que les pilotes de Bagotville ont intercepté cette semaine.
C’est un appareil comme celui-là que les pilotes de Bagotville ont intercepté cette semaine.

Deux pilotes de Bagotville ont intercepté un avion russe

Normand Boivin
Normand Boivin
Le Quotidien
Deux pilotes de Bagotville ont intercepté, mercredi après-midi, un avion de chasse russe près de l’espace aérien roumain.

Les membres de l’Escadron 433, actuellement déployé en Europe de l’Est dans le cadre de l’Opération Réassurance dirigée par l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), ont mené à terme leur mission sans incident.

L’avion russe, un Sukoi 27 Flanker, survolait la mer Noire près de l’espace aérien de la Roumanie.

«Les CF-18 ont été envoyés d’urgence dans les airs par le Centre multinational d’opérations aérospatiales – Sud de l’OTAN, situé à Torrejon, en Espagne, après la détection de l’appareil russe par le centre de détection et de contrôle de l’Aviation roumaine. Les pilotes de chasse canadiens ont surveillé attentivement l’aéronef russe jusqu’à ce qu’il quitte la région d’information de vol roumaine», écrit le ministère de la Défense nationale, dans un communiqué de presse émis vendredi.

Le Su-27 est l’un des avions de chasse russes les plus modernes. Sa silhouette fait penser au F-15 américain.

Cette interception était la première pour la Force opérationnelle aérienne, qui a amorcé sa mission plus tôt ce mois-ci après s’être soumise aux tests de certification de l’OTAN.

On se souviendra que ce sont six CF-18 et sept pilotes de l’Escadron 433 de Bagotville qui ont pris le relais de la force aérienne roumaine pour assurer la surveillance de cet espace aérien «chaud» bordant les frontières de l’Ukraine, laquelle a des relations tendues avec l’ancien grand frère russe.

Déploiement canadien

Avec les techniciens d’entretien d’aéronefs et le personnel de soutien, ce sont environ 150 Canadiens, dont la majorité provient de Bagotville, qui assument cette mission. On se souviendra également que le personnel de la 2e Escadre de Bagotville avait relevé le défi, pendant l’été, d’aménager les installations canadiennes à l’aéroport Mihail-Kogalniceanu de Constanta, au bord de la mer Noire.

« Le 23 septembre, nos pilotes de chasse et les responsables du soutien de la Force opérationnelle aérienne en Roumanie ont démontré qu’ils sont capables d’offrir exactement le soutien que l’OTAN nous a demandé pour cette mission. Dans ce cas-ci, notre Force opérationnelle aérienne a accompli des missions d’assurance et de dissuasion en un seul après-midi en interceptant un appareil SU-27 Flanker russe près de l’espace aérien roumain et en s’entraînant avec nos alliés dans le cadre d’un exercice de l’OTAN. Il s’agit d’un parfait exemple de l’agilité de nos pilotes canadiens, qui sont en mesure de réaliser plusieurs missions peu importent les circonstances», a commenté le major-général Eric Kenny, commandant de la composante aérienne de la force interarmées, dans le communiqué de presse.

 « À notre retour de l’interception, toute la Force opérationnelle aérienne était revigorée. C’est pour ça que nous sommes ici et le moral est bon quand on peut utiliser nos compétences pour une mission aussi importante que le renforcement de la présence policière aérienne. Je suis immensément fier de mon équipe, dont le travail acharné a rendu possible la conduite simultanée de missions d’assurance et de dissuasion pour l’OTAN, surtout si tôt dans notre déploiement», a renchéri le lieutenant-colonel David McLeod, commandant de la Force opérationnelle aérienne en Roumanie. 

La Force opérationnelle aérienne canadienne collabore avec l’Aviation roumaine au renforcement de la présence policière aérienne de l’OTAN et constitue la contribution du Canada aux mesures d’assurance et de dissuasion de l’organisation. Pendant la mission, les pilotes de chasse canadiens se maintiennent en état d’alerte 24 heures sur 24 sept jours par semaine aux fins d’intervention rapide et effectuent des missions de vol d’entraînement avec l’aviation roumaine et d’autres alliés régionaux pour renforcer les capacités de police aérienne roumaines. Cela comprend la tenue de patrouilles dans l’espace aérien roumain et, au besoin, l’interception des aéronefs qui y pénètrent sans autorisation.