Un lancement a eu lieu la semaine dernière pour marquer la fusion de Cible-Action et SEMO Saguenay pour créer Groupe Inclusia.

Deux organismes pour l'aide à l'emploi fusionnent

Deux organismes spécialisés dans l’aide à l’emploi, le placement de main-d’œuvre et l’accompagnement de personnes immigrantes, Cible-Action et SEMO Saguenay, s’associent pour créer Groupe Inclusia. La direction de la nouvelle entité souhaite devenir la référence en employabilité et en immigration à Saguenay.

Deux années de travail ont été nécessaires pour mener à terme la fusion des deux OSBL. Selon la directrice générale de Groupe Inclusia, Hélène Blackburn, 60 années de savoir-faire dans les domaines de l’aide à l’emploi et de la gestion des ressources humaines sont donc dorénavant mis au service de la population, des employeurs et des nouveaux arrivants.

« Alors que la pénurie de main-d’œuvre touche de plus en plus de secteurs d’activité, l’inclusion de différents groupes minoritaires sur le marché du travail, notamment les personnes immigrantes, autochtones ou handicapées, constitue un défi qui demande que des actions concertées soient réalisées pour répondre aux besoins actuels et futurs de nos collectivités », est-il indiqué dans un communiqué de presse soulignant la création de Groupe Inclusia.

Rencontrée mardi, jour de l’annonce de l’association, Hélène Blackburn a indiqué que le regroupement des deux organisations permet de « consolider l’ensemble des services sous un même nom tout en s’assurant qu’ils évoluent au rythme des besoins des personnes, des entreprises et de la communauté ».

Groupe Inclusia veut devenir « un partenaire de premier choix » en intégration socioprofessionnelle et en développement des ressources humaines. « On voudrait aussi être le lieu de référence pour les personnes immigrantes. Avec SEMO Saguenay, on a développé une expertise complémentaire afin de soutenir l’attraction, l’accueil, l’installation et la rétention des immigrants », a fait valoir Hélène Blackburn, qui aimerait qu’Inclusia devienne l’organisme mandataire de la Ville à ce chapitre. Une autre voix s’est fait entendre en matière d’immigration au cours des derniers jours, alors que deux Européens d’origine établis dans la région ont fait part de leur désir de créer l’Assemblée boréale. L’objectif de cette ressource serait aussi de faciliter l’accueil et l’intégration de personnes immigrantes au Saguenay. 

Des moments difficiles

La création de Groupe Inclusia offre un nouveau départ à SEMO Saguenay, un organisme qui a connu des moments difficiles au cours des dernières années.

En 2015, alors que les services en immigration étaient fragilisés, faute de financement, la directrice générale de l’organisme, Nathalie Plante, a démissionné dans des circonstances nébuleuses. Quelques mois plus tôt, à la demande des autorités municipales, l’OSBL avait accueilli en ses rangs la Corporation Intégration Saguenay (CIS). Dans la foulée de la fusion, le conseil d’administration de SEMO a entériné une augmentation salariale annuelle de 24 000 $ à Mme Plante, ce qui a déplu à certains employés, selon une source proche du dossier. La hausse est survenue au moment où SEMO Saguenay confirmait, en entrevue à Radio-Canada, ne plus être en mesure de dispenser les services en immigration parce que l’organisme était à court de financement. Des salariés ont ensuite été remerciés.

En 2014, dans un courriel acheminé à des administrateurs, la directrice disait espérer obtenir du financement de la part de la Ville. Promotion Saguenay songeait alors à confier à SEMO la mise en œuvre de sa Politique municipale d’accueil et d’intégration des immigrants. Éric Gauthier, alors directeur et responsable du volet immigration, se souvient d’avoir participé à des réunions d’accompagnement aux côtés de la directrice. Il a aussi pris part à des rencontres au terme desquelles la Ville a accepté de verser une aide de 450 000 $ sur trois ans à l’organisme. Cette somme ne s’est cependant jamais matérialisée, en raison de problèmes de gouvernance chez SEMO, a confirmé Éric Gauthier. 

Diagnostic

Après un signal d’alarme lancé par des employés, le C.A. a dû commander un diagnostic organisationnel. L’analyse, réalisée par la firme Mallette, a révélé des lacunes sévères chez SEMO. 

« Le bureau de Services Québec de Jonquière, anciennement le Centre local d’emploi, a effectivement constaté certaines irrégularités au sein de l’organisme en décembre 2015. Rapidement, des vérifications plus poussées ont été effectuées auprès de l’organisme et ont démontré des irrégularités financières », a expliqué le directeur des communications du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Vincent Breton. 

Dès janvier 2016, la direction régionale a exigé que l’organisme mette en place des mesures visant à redresser la situation. 

« Le CA a répondu positivement aux demandes. Au cours des mois qui ont suivi, Services Québec a fait des suivis accrus », a précisé le porte-parole. L’organisme a revu sa gouvernance et a fusionné avec Cible-Action, une corporation sainement administrée. 

Lors d’une assemblée du conseil d’administration de SEMO Saguenay tenue le 25 avril 2016, il a été question de récupérer de l’argent utilisé par l’ex-directrice, comme en fait foi une résolution du procès-verbal. Hélène Blackburn, directrice de Groupe Inclusia, n’a pu commenter ce dossier dans le fin détail ni dire combien d’argent était dû. Elle a toutefois confirmé que les sommes étaient graduellement remboursées à SEMO par l’ancienne directrice.