Deux journées de grève dans les CPE de la région

Deux journées de grève sont prévues dans les centres de la petite enfance de la région les 16 et 19 février prochains. Les travailleuses des CPE revendiquent une entente de principe comme celle déjà obtenue par certaines de leurs consoeurs de la région en novembre dernier. Elles demandent une même convention pour l’ensemble des travailleuses de la région.

Le syndicat des travailleuses des CPE et des BC du Saguenay-Lac-Saint-Jean-FSSS-CSN a fait parvenir une lettre aux parents utilisateurs ces derniers jours. Le syndicat affirme que les négociations piétinent et qu’une petite partie des CPE de la région seulement sont parvenus à une entente de principe. 

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les employeurs se sont divisés en trois tables de négociation. Une seule, concernant quatre CPE, est parvenue à une entente de principe. Les deux autres tables n’ont pas abouti. 

«Nous voulons le même traitement que nos consoeurs qui elles, ont une entente de principe depuis le 17 novembre 2017. Refuser de nous octroyer le même règlement est à notre avis un manque de respect de la part des directions», affirment les travailleuses des CPE dans leur lettre.   

«Pourquoi autant d’entêtement? Nos demandes sont justifiables, applicables et non déraisonnables, car nous avons en main une entente de principe avec une table de négociation, et ce, depuis la fin novembre... Nous ne demandons pas plus à ces deux tables, car nous voulons une convention pour la région comme c’est le cas depuis la fondation du syndicat régional.»

Les conventions sont échues depuis le 31 mars 2015. Les négociations ont été amorcées il y a 17 mois. 

«Nous sommes étonnées et déçues de voir l’attitude fermée de nos directions, car les clauses toujours en suspens n’ont aucun impact monétaire. En effet, les clauses à incidence monétaire ont été négociées avec le ministère de la Famille avec qui nous avons une entente de principe.»

Les points toujours en litige touchent notamment l’ancienneté, les périodes probatoires, la banque de temps, les sous-contrats, les vacances fractionnées, le maintien et le déplacement de congé hebdomadaire et la procédure d’acquisition de la permanence. 

Soulignons qu’à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, les deux journées de grève coïncident avec des journées pédagogiques prévues au calendrier.