Deux autobus de syndiqués en appui aux lockoutés d'ABI

Des syndiqués Métallos et des représentants d’autres syndicats du Saguenay–Lac-Saint-Jean démontreront, une fois de plus, leur appui aux lockoutés d’ABI. Deux autobus en partance d’Alma et d’Arvida feront le trajet jusqu’à Québec, mercredi, pour participer à la Marche de l’énergie, qui rappellera à plusieurs la marche almatoise de mai 2012.

La délégation de la région est constituée de syndiqués provenant de la section locale 9490 de l’Usine Alma de Rio Tinto, de la section locale 9190 du Chemin de fer Roberval-Saguenay, du Syndicat des travailleurs d’énergie électrique nord, du Syndicat représentant les travailleurs des installations portuaires et des membres de l’Association des retraités des syndicats de Rio Tinto Alcan. D’autres militants du Conseil régional FTQ pourraient s’ajouter.

« Cela vise à démontrer aux lockoutés d’ABI qu’on les soutient encore et pour dénoncer les contrats d’énergie. Encore une fois, nos ressources naturelles qu’on prête à des multinationales sont utilisées contre les travailleurs, contre le peuple et contre l’économie du Québec. [...] Le gouvernement doit absolument intervenir », soutient le président des Métallos local 9490, Alexandre Fréchette.

M. Fréchette ne cache pas sa colère. « Ces clauses ne visent aucunement le développement économique. Il n’y a aucune autre fonction que d’attaquer les conditions de travail des travailleurs. C’est une carte truquée que le gouvernement donne à ses chums. [...] Il n’y a aucun gain à ces clauses, c’est juste un scandale », ajoute-t-il.

La journée de mercredi vise à transporter la colère des lockoutés d’ABI à l’Assemblée nationale. Ceux-ci espèrent que le premier ministre François Legault incitera Alcoa à mettre un terme au lockout, qui dure depuis le 11 janvier 2018. Il y a sept ans, les lockoutés de l’Usine Alma avaient marché vers Québec.