L’extradition d’André Gauthier vers les Émirats arabes unis pourrait survenir mercredi.

Détenu en Oman, il pourrait être extradé mercredi

La famille du Saguenéen d’origine détenu en Oman, André Gauthier, et le député de Chicoutimi–Le Fjord, Richard Martel, interpellent directement le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, pour empêcher son extradition vers les Émirats arabes unis. Si rien n’est fait, l’extradition de celui qui se présente comme un lanceur d’alerte pourrait survenir aussi tôt que mercredi.

Lundi, la ministre fédérale des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a affirmé, lors d’un point de presse, être au courant de la situation, sans donner davantage de détails. « Nous sommes en contact avec la famille. Nous avons beaucoup d’empathie pour la famille », a-t-elle dit.

La même journée, le député conservateur Richard Martel a fait parvenir une lettre au premier ministre Trudeau dans l’espoir qu’une solution politique soit trouvée. Richard Martel demande à Justin Trudeau de « s’occuper personnellement » du dossier, pour que l’extradition d’André Gauthier soit retardée.

« Pour l’instant, le dossier demeure nébuleux. Malgré nos efforts, je ne suis pas capable de dire si les choses s’améliorent ou empirent », résume M. Martel, qui croit que la pression médiatique des derniers jours fera pencher la balance en faveur de M. Gauthier.

Une seconde lettre provenant du clan d’André Gauthier, qui comprend – en plus de Richard Martel et de la famille du détenu – l’avocate Radha Stirling, sera acheminée au procureur général d’Oman. La missive demandera aux autorités omanaises, à l’instar de celle envoyée à Justin Trudeau, de ne pas permettre le transfert du détenu vers les Émirats arabes unis.

Le député de Chicoutimi–Le Fjord a bon espoir que ces efforts portent leurs fruits. « On est en relation avec l’avocate. Elle a un dossier robuste et solide. On pense pouvoir influencer l’Oman parce que le pays veut assouplir ses relations avec l’Occident », lance M. Martel, qui ajoute que le désir du pays du Moyen-Orient d’accroître ses échanges économiques et touristiques pourrait aider M. Gauthier.

En panique

Malgré les efforts des politiciens et des diplomates qui s’intensifient, les proches d’André Gauthier demeurent nerveux, alors que l’heure de l’extradition approche.

Son fils, Alexis Gauthier, déplore l’inaction du gouvernement canadien. « Des membres du consul ont visité mon père il y a plusieurs semaines en Oman, et le gouvernement a promis à mon père du soutien diplomatique, mais rien de concret ne s’est encore produit jusqu’à présent », a déclaré M. Gauthier, par voie de communiqué, ajoutant qu’il ne lui restait aucune autre alternative que l’intervention politique de Justin Trudeau.

« La famille suit le déroulement des événements. Elle est un peu en panique. On leur parle plusieurs fois par jour », indique Richard Martel.

Accusé de fraude

En 2013, André Gauthier s’est associé avec AE Gold. Il aurait remarqué plusieurs signes d’irrégularités financières commises par la direction de l’entreprise. Selon la version de M. Gauthier, telle que relatée par son avocate, il aurait fait une enquête et aurait constaté qu’il manquait 30 M $. On l’accuse d’avoir détourné cet argent.

André Gauthier est détenu depuis trois ans. Sa famille est allée voir le député Richard Martel en mars dans l’espoir de faire avancer le dossier.