Desjardins ferme quatre centres de services

Les citoyens de trois municipalités de la MRC de Maria-Chapdelaine et du secteur Mistassini devront revoir leurs habitudes. Quatre centres de services Desjardins cesseront d’opérer sur une base régulière. À compter du 8 juin, le service au comptoir ne sera plus offert à Saint-Ludger-de-Milot, à Saint-Augustin-de-Dalmas, à Saint-Eugène-d’Argentenay et à Mistassini. Les services-conseils seront disponibles sur demande dans les trois municipalités, tandis que la clientèle de Mistassini devra se rendre dans le secteur de Dolbeau.

La décision du conseil d’administration résulte d’une analyse du réseau de distribution réalisée sur une période de deux ans. L’exercice a permis de constater que moins de 2 % des membres utilisent exclusivement le service au comptoir, soit 115 membres. 

Le centre de services de Sainte-Jeanne-d’Arc n’est pas touché par cette réorganisation de l’offre de Desjardins. 

De plus, les guichets automatiques de Saint-Ludger-de-Milot et de Mistassini continueront d’être en service. D’ailleurs, ceux-ci seront remplacés par une nouvelle génération d’appareils en novembre.

Desjardins mettra fin au service comptoir dans quatre centres de services. Entre autres conséquences, les membres de Saint-Ludger-de-Milot se retrouvent à 33 kilomètres du centre le plus près.

Transition et solutions

Presque la totalité des membres Desjardins sont familiers avec les services et technologies offerts. Toutefois, les efforts nécessaires seront déployés par la coopérative afin d’assurer une transition pour les membres concernés. « Les 115 personnes seront contactées individuellement. Nous leur proposerons des mesures d’accompagnement. Des rencontres à domicile seront faites, et de la formation sera donnée, entre autres, pour les opérations via téléphone ou Internet. Nous trouverons les solutions pour bien les servir, sinon mieux », explique le président du conseil d’administration, André Martel. Par ailleurs, la caisse mobile Desjardins visitera les quatre emplacements touchés au courant des prochaines semaines. L’autobus aux couleurs de la coopérative offre un service de formation, un guichet automatique et des rencontres avec un conseiller.

Des soirées d’information se tiendront dans les secteurs touchés par la fin du service comptoir. Le directeur général, Sylvain Rouleau, invite les membres à y participer. « Beaucoup d’information sera présentée. Les membres découvriront les mesures qui les aideront dans ce changement », précise-t-il. 

Les membres Desjardins qui devront se rendre à Dolbeau-Mistassini pourront le faire grâce à Transport collectif Maria Express. L’embarquement sera gratuit sur présentation de la carte de débit Desjardins. En vertu d’une entente, les citoyens de Saint-Ludger-de-Milot pourront bénéficier du service, même s’ils se retrouvent dans la MRC Lac-Saint-Jean-Est. 

Force est d’admettre que les membres Desjardins ont migré, en grande partie, vers la plateforme AccèsD. Toutefois, certaines opérations ne peuvent y être réalisées. Le maire de Saint-Augustin-de-Dalmas, Philippe Lapointe, souligne les besoins de l’unique commerce et de l’érablière de la municipalité. Ceux-ci ont des besoins presque quotidiens, entre autres, pour les billets et la monnaie. Tant la municipalité que la Caisse du Nord du Lac-Saint-Jean assurent que des discussions sont en cours afin de trouver une solution pour les utilisateurs commerciaux. Le président du conseil d’administration confirme que Desjardins ne laissera pas tomber la municipalité. Le centre de services le plus près, soit celui de Sainte-Jeanne-d’Arc, se trouve à 15 kilomètres de Saint-Augustin-de-Dalmas, alors que les résidants de Saint-Ludger-de-Milot doivent rouler plus de 33 kilomètres afin de s’y rendre.

Malgré les accommodements qui seront mis en place, le maire Philippe Lapointe est bien déçu de la situation. « Depuis deux ans, on se bat contre la dévitalisation. Nous avons mis sur pied un service d’essence automatisé. Les citoyens ont accès à un guichet automatique ATM », a-t-il précisé au Quotidien, quelques heures avant la séance d’information qui se tenait dans la municipalité, qui, selon les données, comptait une vingtaine d’utilisateurs récurrents des services comptoirs. 

Aucune perte d’emploi ne découle de cette mesure qui s’étend sur une grande partie du territoire de la MRC. Plusieurs employés ont pris le chemin de la retraite, alors que les autres seront transférés à la succursale de Dolbeau-Mistassini.