Desjardins Capital: onze entreprises pour 10 M$

Au cours l’exercice 2017, Desjardins Capital a ajouté à son portefeuille les noms de onze entreprises régionales, pour une implication financière de 10 millions $. Ce montant porte à 51 millions $ sa participation au capital-action de 57 entreprises régionales.

Selon les données publiées dans le rapport conjoint de l’Association canadienne du capital de risque et d’investissement et Réseau Capital, une vingtaine de transactions en capital de risque et de développement ont été enregistrées au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Nous sommes présents chez vous au sein de 57 entreprises. Vous êtes la région ressource au Québec qui compte le plus grand nombre d’entreprises présentes au sein du portefeuille de Desjardins Capital qui englobe Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD) », explique Richard Lacasse, porte-parole de Desjardins. La région devance Québec, Chaudières-Appalaches, l’Estrie et la Mauricie en terme de nombre d’entreprises financées. Ce n’est pas le cas toutefois lorsqu’on analyse la colonne des investissements réalisés puisqu’elle se situe à l’avant-dernier rang devant la Mauricie qui totalise six millions $.

Parmi les prises de participation réalisées sous forme de dette subordonnée ou en capital-action figurent Démolition et Excavation Demex et Récupère Sol. En 2017, Demex a décroché des contrats d’importance pour la démolition de l’Hôpital Saint-Jean et du Montréal Children’s ainsi que des salles de cuves de Rio Tinto à Kitimat. M. Lacasse a mentionné que Demex, impliquée dans le développement de cisailles hydrauliques géantes, compte un réseau de fournisseurs importants au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Desjardins Capital associe ces entreprises au secteur des technologies propres.

Invité à commenter le positionnement du Saguenay-Lac-Saint-Jean au sein du porte-feuille Desjardins, M. Lacasse affirme que la présence active de directeurs en investissement dans les régions peut apporter une partie de la réponse tout comme le profil des candidatures provenant de la région. « Il y a chez vous des entreprises qui sont solides et possèdent un bon potentiel de croissance. Lorsque Desjardins Capital investit, ce n’est pas pour perdre de l’argent », explique-t-il.

Outre ces explications, il ajoute qu’en vertu de la loi constitutive, Desjardins Capital doit respecter un ratio d’investissements à réaliser dans les régions.