Une collision mortelle a eu lieu à Sainte-Hedwidge en fin de semaine, où les appels cellulaires sont difficiles.

Des tours de téléphonie cellulaire réclamées

Dany Morin, qui milite pour une plus grande couverture de la téléphonie cellulaire au Lac-Saint-Jean, se désole de la situation de la municipalité de Sainte-Hedwidge qui a été le théâtre de deux accidents mortels en autant de semaines.

« Les personnes veulent une assistance du 911, mais ils ne sont même pas en mesure de téléphoner », explique celui qui tentait d’obtenir plus d’informations quant aux appels logés lors de l’accident mortel de samedi après-midi. Le militant est d’avis que les premières minutes lors d’une situation d’urgence sont les plus importantes.

Son comité réclame l’ajout de deux tours cellulaires, un investissement total de 600 000 $. Celles-ci seraient positionnées dans le secteur de la Pointe-Sphérique à Lac-Bouchette et au Lac-Édouard. Ainsi, l’absence de couverture du réseau cellulaire sur la route 155 passerait d’une distance de 53 kilomètres à une dizaine de kilomètres.

Certes, l’ajout de deux tours à l’automne dans le secteur de La Tuque et Parent est une amélioration. Toutefois, la bataille est loin d’être gagnée. M. Morin rappelle qu’une douzaine de tours sont toujours manquantes à l’échelle régionale.

La prochaine campagne électorale sera une occasion pour se faire voir. « Nous serons présents. Les politiciens devront faire plus que des promesses », affirme-t-il.

Dany Morin répond au premier ministre Philippe couillard qui affirme que la téléphonie cellulaire est un enjeu de juridiction fédérale. « On continue de dire que c’est une question de sécurité. Nous en avons encore eu la preuve samedi », ajoute celui qui compte même entamer le dialogue avec tous les candidats à l’élection.

Dany Morin se désole du sondage commandé par les quatre municipalités régionales de comté (MRC) du Saguenay-Lac-Saint-Jean et par Saguenay afin d’évaluer la couverture du réseau de téléphonie cellulaire et d’Internet haute vitesse au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Selon lui, le test aurait dû inclure des captures d’écran des cellulaires afin de prouver la réception de ceux-ci. « On veut avoir le téléphone avant d’avoir Internet. C’est une question de sécurité », explique-t-il.