Des terrains rares pour les grands projets

Les terrains disponibles pour de grands projets résidentiels ou des logements sociaux sur le territoire de Saguenay commencent à se faire rares, même pour l’Office municipal d’habitation de Saguenay.

L’organisme agit présentement comme maître d’œuvre du projet des Habitats du parc, ayant pignon sur la rue Bégin, face au parc Rosaire-Gauthier. Il s’agit d’un ensemble de trois édifices qui compteront 99 logements destinés à des clientèles diversifiées comme des personnes ayant un handicap physique, une déficience intellectuelle ou à faible revenu.

La mise en chantier du projet, en juillet dernier, fait sourciller bien des citoyens en raison des importants travaux de dynamitage et d’excavation réalisés au coût d’environ un million $.

Les travaux de dynamitage pour le terrain du projet des Habitats du parc font sourciller certains citoyens, mais l’emplacement répond à certains critères de l’OMH pour une clientèle diversifiée.

Invités à préciser les critères qui ont prévalu pour le choix de ce site, le directeur général de l’OMH, Adam Boivin, et la directrice des immeubles, Karine Boily, confirment qu’il n’y a plus beaucoup de terrains constructibles répondant à certains critères pour recevoir de grands immeubles comme ceux projetés aux Habitats du parc.

Lorsqu’il parle de disponibilité de terrains constructibles, M. Boivin fait référence à des terrains situés près de plusieurs ressources comme des hôpitaux, des pharmacies, un CLSC, des marchés d’alimentation, etc., répondant aux critères du programme Accès Logis. L’intérêt de construire des logements sociaux est de fournir des services de proximité à des clients qui ont des difficultés à se déplacer en raison de handicaps ou qui ne possèdent pas de véhicules. « Nous gérons des logements sur le territoire de Rivière-Éternité. La moitié d’entre eux sont vides parce qu’il n’y a pas de services tout près », précise M. Boivin.

Ce dernier anticipe que pour l’avenir, le choix de terrains de ce type deviendra un casse-tête de plus en plus difficile à résoudre principalement à Chicoutimi, mais aussi à Jonquière et à La Baie dans de moindres mesures.

Le directeur de l’OMH rappelle que Saguenay et son service d’urbanisme ont formé un comité de travail pour limiter l’étalement urbain et ainsi éviter le développement de nouvelles rues qui nécessitent des travaux d’entretien, de déneigement, etc.