Le taux de taxes scolaires est le plus élevé de toutes les régions du Québec, à égalité avec la Mauricie.

Des taxes scolaires plus élevées ici

La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean aurait des taxes scolaires jusqu’à deux ou trois fois plus chères qu’ailleurs dans la province. Ce taux est basé sur l’échelle de l’évaluation foncière de la région, qui se retrouve à être moins avantageuse qu’ailleurs.

Le taux de taxe scolaire est le plus élevé de toutes les régions du Québec, à égalité avec la Mauricie. Il est actuellement à 30,9 cents du 100 $ d’évaluation, tandis que dans d’autres régions du Québec, il se situe autour de 20 cents. Dans la Capitale-Nationale, dans les Laurentides et dans l’Outaouais, le taux est fixé à moins de 15 cents, ce qui signifie que le Saguenay-Lac-Saint-Jean paie deux fois plus que ces endroits du Québec.

Un contribuable de Chicoutimi a envoyé sa facture de taxes au Quotidien, ainsi que celle de sa fille qui habite en Montérégie, pour prouver qu’il existe une inégalité injustifiée entre les taxes scolaires ici et dans les autres régions du Québec. Pour une maison de même valeur, soit 180 000 $, le montant de la facture du père s’élève à 429 $, et sa fille, à 261 $.

C’est une nouvelle décision du gouvernement libéral de Philippe Couillard qui fait qu’il y a maintenant un taux d’imposition régional quant aux taxes scolaires. Ce taux d’imposition est fixé au taux le plus bas parmi les commissions scolaires de la région. Il est ensuite régionalisé. Or, le taux du Saguenay-Lac-Saint-Jean est plus haut que celui des autres régions.

Liz S. Gagné, présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, a affirmé que cette anormalité est due à la richesse foncière de la région. « C’est tout un calcul, qui est très difficile à expliquer. Il tient compte de la valeur des maisons de la région et des industries. » Le Saguenay-Lac-Saint-Jean aurait une échelle foncière moins élevée, ce qui ferait que les gens doivent débourser davantage en taxes pour subvenir aux revenus des commissions scolaires.

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec, a fait comme promesse de mettre le taux le plus bas à l’ensemble du Québec. De cette façon, il n’y aura aucune région qui serait imposée plus qu’une autre.

mauvaise idée
Sylvain Gaudreault, député de Jonquière du Parti québécois, trouve que les deux présumées solutions, soit de la CAQ ou des libéraux, ne tiennent pas la route.

« L’idée des libéraux est de geler les taux et fait que des régions comme le Saguenay–Lac-Saint-Jean resteront toujours moins avantagées que les autres. L’idée de Legault n’est pas mieux, si tout le monde paie le taux le plus bas, il manquera 1,4 milliard pour l’éducation. C’est sûr que ça aura des impacts », a affirmé le député.

Selon lui, la solution serait ailleurs. Le député de Jonquière reconnaît qu’il y a une inégalité, mais croit qu’il faut regarder plus loin pour bien comprendre le problème. « Les taxes scolaires servent à payer une partie du transport scolaire des enfants. Puisque la région contient plus de grandes zones rurales que les centres urbains, ça peut être plus cher. Aussi, il peut y avoir moins de compétition pour les prix du transport, puisqu’il y a moins d’entreprises », a expliqué Sylvain Gaudreault.

Un autre élément qui ferait que le prix des taxes est plus élevé est l’état des écoles. Plusieurs écoles de l’arrondissement Dubuc seraient en mauvais ou en très mauvais état, et mériteraient donc plus d’entretien.