Des syndicats régionaux s’impliquent

La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ), le Syndicat de l’enseignement De la Jonquière—CSQ, le Syndicat de l’enseignement de Louis-Hémon—CSQ ainsi que le Syndicat de l’enseignement du Saguenay s’impliquent dans le mouvement Pour l’école publique (PEP). Tout au long de la campagne électorale, ils assurent qu’ils veilleront à ce que l’école publique soit au cœur des discussions puis ensuite à l’avant-plan des préoccupations du prochain gouvernement.

Comme ils s’y étaient engagés avant le début des vacances estivales, les syndicats de l’enseignement de la région seront actifs au sein du mouvement. Ils souhaitent entendre les engagements des différents partis afin d’améliorer la situation en matière d’éducation.

Ils veulent connaître leurs intentions afin d’assurer une composition de classe équilibrée et des services suffisants pour les élèves, reconnaître l’autonomie professionnelle et offrir une charge de travail respectueuse du personnel enseignant, et accorder aux enseignantes et enseignants une rémunération à la hauteur du travail accompli.

« Nous avons à cœur d’améliorer le quotidien des enseignantes et enseignants du Québec qui ont une tâche trop lourde et de plus en plus complexe. Ils veulent qu’on parle de ce dont ils ont besoin pour améliorer leur travail au préscolaire, au primaire, au secondaire, à la formation professionnelle et à l’éducation des adultes », affirme Josée Scalabrini, présidente de la FSE.

« Au-delà des vœux pieux, nous voulons amener les partis à se compromettre en précisant leurs engagements et en faisant connaître leurs intentions réelles au regard de l’école publique, de la réussite des élèves ainsi que de la profession enseignante, qui doit être valorisée dans son ensemble. Nous voulons voir des mesures portées par une vision globale qui vont au-delà d’annonces électoralistes », affirment Nicole Émond, présidente du Syndicat de l’enseignement De La Jonquière—CSQ,

Nicole Émond, présidente du Syndicat de l’enseignement De La Jonquière (CSQ), est impliquée dans la campagne Pour l’école publique.

Aline Beaudoin, présidente du Syndicat de l’enseignement du Saguenay, et France Lapierre, présidente du Syndicat de l’enseignement de Louis-Hémon—CSQ.

Les organisations syndicales revendiquent un réinvestissement massif en éducation afin de rétablir le niveau de financement qui prévalait avant les compressions des dernières années, un montant évalué à 1,4 G $ depuis 2003 en comptant l’inflation, selon l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS).

Le mouvement PEP se fera voir et entendre via une plateforme Web, un message publicitaire et à l’aide de pancartes. Des questions seront posées aux partis par écrit et sous forme de tracts. Une pétition pour l’éducation publique qui circule déjà sur les réseaux sociaux sera également remise au gouvernement qui sera élu en octobre.