Plusieurs artistes seraient intéressés à monter sur une scène devant un stationnement garni de voitures, constate Robert Hakim.
Plusieurs artistes seraient intéressés à monter sur une scène devant un stationnement garni de voitures, constate Robert Hakim.

Des spectacles musicaux en formule ciné-parc

Applaudir un artiste sur la scène, à partir de sa voiture ? Chanter à tue-tête sa chanson préférée en regardant un autre spectateur, garé à deux mètres ? Si les mesures de déconfinement perdurent, présenter des spectacles à la façon d’un ciné-parc semble la dernière option pour les promoteurs d’événements et artistes.

Le groupe les 2Frères a lancé le bal, plus tôt cette semaine, en annonçant leur intention de faire une tournée des ciné-parcs cet été. L’idée a plu à d’autres artistes qui seraient maintenant nombreux à vouloir monter sur une scène devant un stationnement rempli de voitures, constate le promoteur Robert Hakim. « C’est en effet une bonne idée et j’ai reçu des appels en ce sens. Mais avant d’aller plus loin, ça va prendre l’opinion de la Ville, l’avis de la Santé publique. Est-ce applicable comme projet, tout en respectant les mesures de distanciation sociale ? Parce que les gens peuvent quand même se voir en utilisant les lieux communs, comme les salles de bain, questionne M. Hakim. Mais si cette formule peut s’appliquer, on va y aller à fond de train. Parce que si on a les autorisations, on serait surpris des artistes qui seront là. Je reçois plusieurs appels pour cette formule. »

Ce dernier estime d’ailleurs que plusieurs lieux à Saguenay pourraient accueillir de tels spectacles, que ça soit à La Baie, à Chicoutimi ou à Jonquière. « Ça prend un grand stationnement. Ce n’est pas très compliqué à organiser. Ça prend une génératrice, une grande scène. On peut mettre des écrans géants pour améliorer la visibilité, ce qu’on fait déjà avec les spectacles. La musique joue à la radio, comme dans un ciné-parc », décrit-il.

Plusieurs artistes seraient intéressés à monter sur une scène devant un stationnement garni de voitures, constate Robert Hakim.

Ce genre d’événement ne pourrait accueillir toutefois plus d’une centaine de voitures à la fois, réduisant ainsi les profits reliés à un tel événement. Un commanditaire pourrait payer le spectacle et l’offrir aux citoyens, donne en exemple le promoteur saguenéen.

« On s’entend, le but n’est pas la rentabilité. Le but est d’offrir quelque chose. Parce qu’avant qu’il y ait un prochain festival à Saguenay, c’est encore 14 mois d’attente. Il y a-tu moyen d’avoir quelque chose à faire cet été ? », lance Robert Hakim.

À cette période-ci de l’année, le promoteur se prépare habituellement à la tenue d’une foule d’événements, dont le Festival international des Rythmes du Monde et le Festival des bières du monde. Tous les festivals, rappelons-le, ont été annulés pour l’été 2020.

« Notre priorité, en ce moment, c’est ça. Même si tout est annulé, on a encore du travail de logistique. C’est plus d’ouvrage quand on annule. Ça ne nous empêche pas toutefois d’avoir les yeux et oreilles ouverts à d’autres projets pour l’été », laisse tomber le promoteur.