Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin.

Des solutions pour la 169

Le maire de Saint-Prime, Lucien Boivin, veut faire passer la limite de vitesse de 70 à 50 km/h aux deux entrées du village. Il souhaite aussi aménager une voie centrale pour le virage à gauche à l’entrée sud de la municipalité. Ces mesures visent à accroître la sécurité sur la route 169 où Simon Paquette est mort après avoir été happé par une déneigeuse en novembre 2016.

M. Boivin a rencontré des représentants régionaux du Ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports mardi après-midi pour en venir à des solutions concrètes. «C’était une belle rencontre où il y a eu des échanges positifs qui vont nous apporter du renouveau», souligne le maire de Saint-Prime.

«Évidemment, ce sont toutes des suggestions. On travaille entre élus pour faire une demande formelle auprès du ministère. À l’une des deux entrées, il y a une portion à quatre voies que nous aimerions faire passer à deux, un peu comme à Mashteuiatsh avec au milieu une aire pour virer. Nous aimerions aussi aménager des trottoirs en bordure de la route 169 où il y a des commerces et des maisons», explique M. Boivin.

Il assure que huit lampadaires seront installés d’ici la venue du printemps.

Lucien Boivin attendait les recommandations du coroner Carol Gagné avant de tenir cette rencontre. En décembre dernier, Carol Gagné avait tiré trois recommandations principales, dont celle d’améliorer l’éclairage dans le secteur où le drame s’est produit. Le jeune homme avait été happé alors qu’il marchait sur l’accotement.


« À l’une des deux entrées, il y a une portion à quatre voies que nous aimerions faire passer à deux. »
Lucien Boivin