L’inauguration de la bibliothèque d’Arvida aura lieu mardi. L’année 2018 marque le 75e de l’ouverture de la première bibliothèque publique de l’ancienne ville, en 1943.

Des salles en souvenir du passé

Quatre salles situées dans l’enceinte de la nouvelle bibliothèque d’Arvida, dont l’inauguration officielle aura lieu mardi, porteront des noms représentatifs de l’histoire de la cité du métal gris.

Le comité exécutif de Saguenay a entériné les nouvelles dénominations le 25 janvier. Les noms choisis reflètent le caractère patrimonial du bâtiment.

La salle de conférence portera donc le nom de Fetherstonhaugh & Dunford, la firme d’architectes à l’origine des plans initiaux de l’immeuble. On sait que la bibliothèque a été complètement rénovée selon les esquisses de l’époque, au coût de 5 millions $. L’une des salles de travail sera baptisée Steinberg. Le marché d’alimentation a eu pignon sur rue à cet endroit, avant de déménager, en 1957, dans l’immeuble de brique jaune, toujours au Carré Davis, où se trouvent aujourd’hui les locaux d’Énergie Électrique de Rio Tinto. La deuxième salle de rencontre s’appellera Le Lingot. C’est le titre du bulletin d’information de la compagnie publié depuis le 5 février 1943. 

« On avait déjà un espace consacré à Dana T. Bartholomew, un ancien directeur des finances d’Alcan qui a été le plus grand donateur en argent et en livres à la bibliothèque d’Arvida. C’est une personne importante dans l’histoire et on tenait à conserver son nom », explique le conseiller du secteur, Carl Dufour. 

Ce sont les membres du Comité pour la reconnaissance patrimoniale d’Arvida (CORPA) qui ont fait la proposition des dénominations choisies, en collaboration avec le Service de la culture, des sports et de la vie communautaire de Saguenay.

Dans le but de recréer le caractère original du bâtiment, une horloge a été installée à l’extérieur de l’immeuble. Pour ce qui est de l’horloge d’époque qui a longtemps trôné dans les salles de cuves Söderberg d’Alcan, remise à la Ville par le Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida (SNEAA), elle trouvera refuge à l’intérieur. 

75e anniversaire

Le hasard fait en sorte que la succursale arvidienne rénovée sera officiellement inaugurée 75 ans après l’implantation de la toute première bibliothèque publique de la ville d’Arthur Vining Davis. Les citoyens d’Arvida ont eu accès à ce service à partir du 15 novembre 1943, dans l’ancien Centre de Récréation (aujourd’hui le Foyer des loisirs et de la culture). Un déménagement a eu lieu en 1960, alors que la bibliothèque a trouvé refuge dans le sous-sol de l’hôtel de ville d’Arvida de l’époque, où se trouve aujourd’hui le quartier général de la Sécurité publique de Saguenay (SPS). Ce n’est qu’en 1983 que la collection de livres a été déménagée dans l’immeuble actuel, voisin de la Banque de Montréal. Fait intéressant : Arvida a eu sa première bibliothèque publique sept ans avant la ville voisine de Chicoutimi, comme en témoigne une coupure de presse du Progrès du Saguenay datée du 2 mars 1950. 

La population est conviée à venir découvrir la nouvelle bibliothèque d’Arvida à compter de midi, mardi.