Lauraine Gagnon, directrice générale du Zoo sauvage de Saint-Félicien, a dressé le bilan des investissements réalisés au cours des dernières années afin de maintenir l’intérêt des visiteurs.

Des retombées annuelles de 49 M$ pour le Zoo sauvage de Saint-Félicien

Le Zoo sauvage de Saint-Félicien continue d’être un moteur important de l’industrie touristique au Saguenay-Lac-Saint-Jean avec des retombées économiques évaluées à 49 M $ au cours de l’exercice 2018.

De passage lors d’un déjeuner organisé par la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le-Fjord en ce mois consacré à l’économie sociale, la directrice générale du zoo, Lauraine Gagnon, a dressé le bilan du portrait économique de l’attrait touristique qui fêtera en 2020 son 60e anniversaire de fondation par feu Ghislain Gagnon.

Avec ses 800 animaux répartis sur des centaines d’hectares, Mme Gagnon a mentionné que le zoo est devenu presqu’une ville avec ses 52 bâtiments divers, son restaurant, son cinéma, ses circuits pédestres et ses 11 km de routes et 14 ponts, ce qui n’empêche pas que le milieu soit de mieux en mieux adapté pour les animaux. « Le zoo est avant tout un lieu d’éducation où les visiteurs apprennent à aimer la nature. Notre plan de développement 2016-2021 a été consacré à l’amélioration du bien-être animal ainsi qu’à améliorer l’offre », a-t-elle mentionné en début d’allocution.

La mise en place du parcours Anima Lumina, la construction d’une pouponnière pour bébés animaux, l’aménagement du nouveau restaurant de 420 places, l’habitat pour les ours blancs et les renards arctiques, l’habitat des singes geladas et des pandas roux ont représenté depuis cinq ans 32,5 M $ en investissements sur les 42 M $ réalisés depuis 16 ans au zoo. Ce n’est pas terminé puisque les phases 4 et 5 devraient se solder par des investissements totaux de 11,3 M $ pour l’aménagement de nouveaux habitats.

Selon les données tirées d’une enquête auprès des visiteurs, ces nouveautés ont permis d’attirer l’an dernier 195 288 visiteurs. La grande majorité, soit 71 %, des visiteurs proviennent du Québec dont 32 % sont du Saguenay-Lac-Saint-Jean comparativement à 39,5 % pour le reste de la province et 26 % en provenance d’Europe. Les dépenses quotidiennes moyennes des touristes québécois ont été de 81 $ comparativement à 109 $ pour les étrangers.

Mme Gagnon a mentionné que le Zoo de Saint-Félicien continue d’être un élément très attractif au plan touristique en raison du renouvellement constant de ses aménagements. Elle a mentionné que le jardin zoologique suit la tendance mondiale qui consiste à laisser de plus en plus d’espace aux animaux tout en leur permettant d’être visibles ou non par les visiteurs. Mme Gagnon a rappelé que les sentiers de la nature ouverts en 1972 sont encore très à la mode. Très bientôt, les jardins zoologiques accrédités devront répondre à de nouvelles normes et procéder à l’évaluation du bien-être animalier.