Des manoeuvres en bateau pneumatique étaient notamment au menu de la journée d'exercice Atlas, samedi.

Des réservistes de partout au pays

La rivière Saguenay est devenue le centre des opérations pour les réservistes de la marine, samedi, dont le camp de base était situé dans les quartiers du NCSM Champlain.
L'exercice de formation Atlas se déroule tous les ans au Saguenay, mais a pris une autre envergure cette année avec la présence de près de 150 réservistes d'un peu partout dans l'Est du Canada. Comme une réelle opération, l'activité regroupait différentes professions, allant des cuisiniers aux communications ou les militaires sur les bateaux dans un objectif « d'interopérabilité », a fait savoir le représentant des affaires publiques d'unité, Marc-Antoine Simard. La simulation était supervisée par une équipe de sécurité portuaire. Lors du passage du Quotidien en fin d'avant-midi, des manoeuvres se déroulaient en bateau pneumatique. 
« L'environnement de la rivière Saguenay est unique. On ne le retrouve pas ailleurs au Canada », fait valoir Marc-Antoine Simard.
« C'est une formation, mais aussi une mise à jour, souligne-t-il. On a beaucoup de membres juniors pour cet exercice. C'est une occasion pour les seniors de transmettre leurs connaissances. »
Le représentant des affaires publiques précise que s'ils le désirent, des réservistes peuvent être déployés sur des missions réelles et sont en mesure de contribuer dès le premier jour. 
« Ce qui fait la beauté de la réserve, c'est que c'est applicable avec la marine des forces régulières. Ça fait partie du concept de marine unique », explique-t-il. 
Portes ouvertes
Cet exercice coïncidait avec une journée portes ouvertes pour tous les manèges militaires de la Réserve de l'Armée canadienne au pays, une première. Il s'agissait d'une activité de visibilité pour faire connaître le rôle des réservistes, mais également de recrutement.
Réunis en différents domaines comme l'infanterie, l'artillerie, le génie ou la logistique, les réservistes doivent remplir certains critères, notamment avoir 18 ans, avoir étudié au moins 10 ans et réussir des tests médicaux et physiques. Ils doivent également être disponibles pour différentes formations deux soirs ainsi qu'un samedi par mois.
Étudiant à la maîtrise en gestion des organisations à l'UQAC, Keven Perron trouve son compte comme réserviste au poste d'officier des opérations de surface et sous-marines.
Un rôle parfait pour Keven Perron
Le rôle de réserviste convient parfaitement au Robervalois Keven Perron, officier des opérations maritimes de surface et sous-marines. 
Rencontré lors de l'exercice de samedi, l'étudiant à la maîtrise en gestion des organisations à l'Université du Québec à Chicoutimi s'est enrôlé en 2014.
« Je ne savais pas trop dans quoi je m'embarquais. C'était un ''trip'' au départ. Je suis débarqué au bureau de recrutement et j'ai dit que je voulais m'enrôler dans la réserve. Selon mon profil, ils m'ont trouvé un domaine et l'été suivant, je recevais ma formation dans l'Ouest du Canada », raconte Keven Perron qui ne ferme pas la porte à une carrière militaire, mais il pense surtout demeurer réserviste pour un bon bout de temps.
Pour le moment, c'est un emploi étudiant idéal de commandant de navire qui lui permet de mettre en pratique les connaissances apprises sur les bancs d'école. « On est appelé à avoir la charge de personnes. Ça se jumelle assez bien avec mes études », note-t-il. 
Un an après lui, son frère, Angelo, a suivi ses traces. Au cours des derniers mois, il a participé à une opération militaire d'envergure dans les Caraïbes contre des trafiquants de drogues.