Même si son utilisation est obligatoire seulement le soir, la boutique Ultraviolet de Chicoutimi encourage fortement l’achat de lumières. À gauche, Jean-Philippe Fortin tient un réflecteur avant, tandis que Frédérick Duchesne a le jeu de lumière en question.

Des réflecteurs, et ça presse!

Des nouvelles obligations envers les cyclistes maintenant en vigueur à la suite de la réforme du Code de la sécurité routière, ce sont les accessoires de visibilité qui risquent de provoquer le plus de chambardements dans les habitudes des propriétaires de vélo.

Depuis le 18 mai, les cyclistes doivent modifier certains de leurs comportements. Ils doivent surtout s’assurer d’avoir un vélo conforme, c’est-à-dire muni de réflecteurs à plusieurs endroits sur leur bicyclette.

Ainsi, plusieurs personnes l’ignoraient peut-être, mais le réflecteur blanc à l’avant et le réflecteur rouge à l’arrière ont toujours été obligatoires. Et ils le demeurent. Pour la roue avant, le réflecteur placé sur un rayon peut être remplacé par une bande autocollante réfléchissante placée sur la jante de la roue ou de chaque côté de la fourche.

Le principe est le même pour la roue arrière, mais le réflecteur doit être rouge. La bande autocollante doit être placée sur les haubans. Pour les pédales, elles doivent être dotées d’un réflecteur jaune ou blanc. Sinon, le cycliste doit se munir de bandes réfléchissantes autour des chevilles, ou encore de chaussures pourvues de bandes.

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) indique que les marchands de vélo sont dans « l’obligation d’équiper tout vélo de ces accessoires de visibilité, à l’exception des réflecteurs jaunes ou blancs exigés pour les pédales, si le vélo est muni de pédales automatiques (à clips) ou s’il est livré sans aucune pédale ».

Une situation qui ne dérange pas trop les détaillants que nous avons rencontrés, dont la boutique Ultraviolet de Chicoutimi. « La plupart des vélos sont livrés avec le nécessaire », fait remarquer le responsable de la boutique située sur le boulevard Talbot, Jean-Philippe Fortin, rappelant que les techniciens ont une liste de contrôle depuis le jour 1 de l’entrée en vigueur des nouvelles règles, le 18 mai.

Les réflecteurs en plastique placés sur les rayons sont ceux fournis par défaut, mais Ultraviolet vend des bandes autocollantes. Une alternative appréciée par les propriétaires de vélo de route, notamment.

Disons qu’il ne faut pas que ça paraisse trop », convient Jean-Philippe Fortin. Tout est question de sécurité, et les gens le comprennent, mais on essaie de le faire de plus en plus discrètement. On tente de moins utiliser les gros réflecteurs en plastique et on favorise les bandes autocollantes. »

Les phares
La SAAQ oblige l’ajout d’équipements pour les cyclistes qui roulent à la noirceur. Un phare ou feu blanc doit être placé à l’avant, et un phare rouge doit être visible à l’arrière. Dans les deux cas, il peut être clignotant.

À la boutique Ultraviolet de Chicoutimi, on favorise fortement l’installation d’un jeu de lumière en tout temps, même s’ils ne sont pas obligatoires le jour. « Ces lumières sont visibles également le jour, donc ça ajoute un élément de sécurité, considérant qu’il y a de plus en plus de distractions au volant, met en contexte Jean-Philippe Fortin. On suggère les lumières depuis facilement trois ou quatre ans, car ça attire le regard de l’automobiliste. »

Jean-Philippe Fortin voit d’un bon oeil ces mesures. Il se demande néanmoins pourquoi le port du casque n’est toujours pas obligatoire, quoique fortement recommandé par la SAAQ. « Il faut y aller un pas à la fois », philosophe-t-il.

+

18 CONTRAVENTIONS CONTRE DES CYCLISTES DEPUIS 2017

Depuis le début de l’année 2017 et jusqu’à ce jour, 18 contraventions ont été données à des cyclistes par les policiers de Saguenay.

C’est ce qu’a confirmé le directeur des communications et des relations avec les citoyens à la Ville de Saguenay, Jeannot Allard. De ce nombre, huit cyclistes ont reçu un billet d’infraction pour avoir brûlé un feu rouge, et quatre ont été réprimandés pour avoir omis de faire leur arrêt obligatoire.

De plus, deux autres cyclistes ont été interceptés parce qu’ils circulaient en sens inverse. Un autre a reçu une amende parce qu’il conduisait son vélo avec des écouteurs aux oreilles, et un autre circulait sur un trottoir, un geste interdit.

À noter que deux personnes à bord d’une bicyclette assistée ne portaient pas de casque, ce qui est proscrit par la loi. 

Puisque la nouvelle obligation concernant les accessoires de visibilité est en vigueur depuis environ un mois seulement, il est compréhensible qu’aucun constat d’infraction n’ait été encore donné. D’ailleurs, le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier, rappelle que le bon jugement du patrouilleur est de mise, du moins pour le moment.

« J’ai l’impression qu’on va y aller tranquillement et qu’on va essayer de passer le message, a informé M. Cormier. On sait que les gens ne sont pas nécessairement au courant et lorsqu’il y a des changements importants, on n’a pas l’habitude d’appliquer la règle immédiatement. On fait plutôt des sorties pour expliquer que des changements sont effectifs et qu’ils doivent être respectés. C’est de cette façon qu’on travaille habituellement. »

+

CE QUI N'EST PAS PERMIS EN VÉLO...

À partir du 30 juin, l’utilisation du cellulaire devient strictement interdite à vélo. Voici ce que la huitième édition du Guide de sécurité à vélo de la SAAQ écrit à ce sujet.

« Le Code interdit notamment au cycliste... »

• de circuler avec un ou des écouteurs ;

• de circuler en manipulant un appareil électronique portatif, qu’il soit ou non tenu en main, sauf s’il affiche des informations utiles à la conduite, auquel cas il doit être installé sur un support fixe (à compter du 30 juin) ;

• de circuler en sens inverse de la circulation, à moins que la signalisation l’autorise ;

• de circuler sur le trottoir, sauf en cas de nécessité ou à moins qu’une signalisation l’oblige ou le permette.

• de transporter un passager, sauf si un siège est prévu à cet effet.

• de circuler entre deux rangées de véhicules en mouvement, à moins que les véhicules se trouvant dans la rangée à la droite du cycliste circulent sur une voie réservée à l’exécution d’un virage à droite.

* Le non-respect d’un de ces règlements est passible d’une amende variant entre 80 et 100 $