Des records de chaleur battus au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Des records de chaleur ont été enregistrés jeudi au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon les dernières données inscrites sur le site Internet d’Environnement Canada, la température la plus élevée enregistrée aujourd’hui à Alma a été de 33,6 °C. Le 28 mai 1960, le thermomètre affichait un record de 31,7 °C.

Le record de température à battre à Roberval, quant à lui, avait été enregistré en 1972 avec une température maximale de 31,7 °C. Le record a donc été atteint aujourd’hui avec une température maximale s’élevant à 33,2 °C.

Toutefois, à Bagotville, même si le mercure a grimpé à 33 °C à 14h, aucun record n’a été battu. En 1960, il avait fait 33,4 °C cette même journée.

Mercredi

Pour ce qui est de la journée du 27 mai, aucun record n’a été enregistré sur le territoire, mais les hautes températures ont tout de même été au rendez-vous. « Elles n’ont pas battu de record, mais on parle de températures dans le top 3 des plus chaudes enregistrées pour cette journée », a pointé le météorologue Simon Legault, dans un entretien avec Le Quotidien.

Les températures les plus hautes enregistrées au cours de la journée étaient de 32,3 °C à Alma, 31,6 °C à Roberval et de 28,8 °C à Bagotville. Les températures à battre avaient été ressenties lors d’une vague de chaleur à pareille date en 1978. Il avait fait 33,3 °C dans le secteur d’Alma, 33,4 °C à Roberval et 34,1 °C à Bagotville.

Temps à venir

Cette vague de chaleur prendra fin dès vendredi. « Ces chaudes températures devraient continuer pour une autre journée, mais vendredi, en fin de journée, le mercure amorcera sa descente », a continué le météorologue.

Les gens qui n’en peuvent plus de la chaleur seront contents de voir que les températures annoncées pour les prochains jours sont sous la barre des 20 °C.

« La vague de chaleur aura duré seulement trois jours, mais ça aura tout de même été très intense. Cette poussée de chaleur est exceptionnelle, surtout à ce temps de l’année qui n’est pas encore considérée comme la période d’été. Pour la fin du mois de mai, c’est très fortement hors de l’ordinaire », a continué M. Legault. AVEC EMILIE GAGNON