La responsable des communications au CEE-UQAC, Marilyn Villeneuve

Des projets d’entreprises concoctés en 24 heures

Une centaine d’étudiants provenant des quatre coins du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont rivalisé d’ingéniosité et de vitesse afin de se démarquer lors d’un concours entrepreneurial qui se déroulait pendant près de 24 heures sans interruption à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) de vendredi à samedi.

L’édition 2019 du Marathonariat collectif rassemblait cette année des jeunes de divers champs d’études des cégeps de Chicoutimi, de Jonquière, de Saint-Félicien, du Collège d’Alma et de l’UQAC qui ont été appelés à se jumeler entre eux en 27 équipes de 3 à 5 participants. 

Chacune d’elles devait ensuite élaborer et présenter un projet d’entreprise original devant deux jurys chargés d’évaluer la qualité des projets présentés dans les catégories Économie sociale (Émilie Lavoie-Gagnon, Essor 02, Claudia Bélanger, Moulin et Cie et Jean Martel, Centre québécois de développement durable) et Entreprise privée (Marie-Pier Roy, Alma Espace Santé, Pierre Harvey, Microbrasserie Lion Bleu et Yves St-Gelais, Fondation Jean-François et Patricia). 

La formule du Marathonariat collectif se distingue notamment par sa durée – 24 heures – durant laquelle les participants n’ont pas dormi un seul instant avant d’avoir présenté leur projet final en fin de journée samedi. 

«On les encourage à propulser leur idée d’affaires. On veut vraiment mettre le participant dans la peau d’un entrepreneur. Un entrepreneur, c’est quelqu’un qui ne compte pas ses heures, qui ne dort pas beaucoup en démarrage d’entreprise. C’est quelqu’un qui va devoir travailler avec la fatigue, avec le stress. C’est vraiment ce qu’on veut faire vivre aux participants», explique la responsable des communications au CEE-UQAC, Marilyn Villeneuve. 

Les 27 équipes participantes devaient élaborer un projet d’affaires original et le présenter devant un jury

Mentors

Les étudiants novices en matière d’entrepreunariat ont aussi pu compter sur le soutien de mentors pour les aider dans leur tâche au cours des 24 heures du défi. 

«On aide à structurer les étudiants dans leurs présentations. [...] Compte-tenu que c’est un 24 heures, c’est l’ébauche d’un plan d’affaires. On n’a pas la prétention de faire un plan d’affaires complet. On jette les bases pour les futures démarches entrepreneuriales de nos étudiants et pour faire émerger des projets au sein de notre région», précise Richard Leduc, enseignant au Cégep de Jonquière et l’un des 18 mentors qui étaient sur place pour aider les équipes dans leurs démarches.

Outre le défi principal qui a occupé les participants la majorité du temps, une foule d’activités connexes se déroulaient en marge de l’événement, comme des projections vidéos, un espace de réalité virtuelle, des conférences ainsi que des pauses yoga et même un bar... à poutine.

Les noms des gagnants dans les différentes catégories seront dévoilés samedi soir.