Le violoniste de Roberval Sébastien Savard
Le violoniste de Roberval Sébastien Savard

Des prestations en cadeau pour la fête des Mères

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Même confiné, les projets ne manquent pas pour le violoniste de Roberval Sébastien Savard. Sa plus récente initiative ? S’offrir en cadeau pour la fête des Mères !

En effet, le musicien propose de courtes prestations musicales personnalisées aux mamans qui auront reçu de la part de leurs proches ce cadeau hors de l’ordinaire.

« C’est la fête des Mères, alors j’ai envie d’envoyer de l’amour grâce à mon violon. […] C’est un cadeau original ! »

Celui qui a déjà fait partie de la troupe du Cirque du Soleil aura plusieurs chansons dans son répertoire musical. L’instant d’une seule chanson ou pour une durée de 30 minutes, les mamans auront la chance de l’entendre jouer pour elles. « Je vais avoir une liste de chansons et les gens vont pouvoir piger là-dedans. Je peux envoyer une vidéo personnalisée ou même offrir une prestation en direct et jaser avec la personne. »

Parmi les pièces proposées, il y a bien entendu les classiques comme Halleluiah de Leonard Cohen ou L’essentiel de Ginette Reno, mais il peut tout aussi bien jouer la populaire chanson Shallow de Lady Gaga et Bradley Cooper ou encore une chanson de circonstance ces jours-ci, Over the Rainbow !

L’artiste précise que les tarifs sont variables et adaptés selon les demandes et le nombre de chansons. L’idéal est de le contacter directement en privé sur Facebook ou par courriel : sebastien-savard@hotmail.com. Comme il dit, « un bouquet de roses coûte plus cher ! »

Autres projets

La pandémie de COVID-19 a changé les plans du musicien. À l’annonce du confinement, il s’apprêtait à quitter le pays pour rejoindre celui de l’Oncle Sam.

Comme c’est le cas depuis quelques années, il devait se rendre en Floride, au parc thématique Epcot en compagnie de son groupe, le Blueberry Grass Band. « Le jour où il y a eu le confinement, c’était celui où j’étais supposé partir à Epcot avec le band pendant cinq semaines. Ç’a été un coup dur de réaliser ça. Ma valise était prête et je partais ! »

Pour ce travailleur autonome et pigiste dans le monde de la musique, cette nouvelle a été dure à accepter, mais il avoue s’être vite retroussé les manches à la recherche de solutions.

« Il y a eu une espèce de stress qui a embarqué et une certaine urgence pour trouver une solution. Il y a eu la PCU qui a fait du bien. Ça m’a permis de prendre le temps de réfléchir pour trouver des solutions. »

C’est ainsi qu’il a réalisé qu’Internet allait lui permettre de mettre d’autres projets de l’avant. « Il y a toujours moyen avec Internet de réaliser d’autres idées. On a accès à tout le monde avec ça. »

Il a donc offert des cours de violon en ligne. Un projet de collaboration avec Québec Issime et une demande particulière venant de sa soeur lui ont toutefois fait comprendre qu’il pouvait encore en faire plus.

« L’idée est venue de ma soeur qui m’a dit qu’elle vivait du stress au travail. Elle m’a confié que la musique l’aidait à relaxer et qu’elle aimerait m’entendre jouer, que ça lui ferait du bien. […] Ça m’a donné le goût de rester actif. J’ai commencé a faire des vidéos sur Facebook de pièces connues. »

À titre d’exemple, sa reprise de l’Hymne à l’amour d’Édith Piaf a été vue à plus de 6000 reprises.

Il affirme qu’à partir de ce moment-là, les demandes de collaborations musicales ont augmenté et que même confiné, il peut ajouter à distance ses trames sonores de violon sur différentes chansons.

Il reconnaît aussi que sa participation en quarts de finale à l’émission La semaine des 4 Julie lui a permis d’obtenir un peu plus de visibilité.

Loin de s’arrêter là, Sébastien Savard désire aider la collectivité en ces temps de pandémie. Il s’est donc inscrit à la plateforme Web gouvernementale. « J’ai donné mon nom à Je contribue. J’ai pas de problème à aller aider dans les CHSLD. Pour un certain temps, la musique, les tournées et les spectacles seront sur pause, donc mon plan B sera ça. Sur Internet par contre, je suis encore violoniste ! »