Ons Ben Ounis, Leila Alouane, Bernard Naud (Cégep de Saint-Félicien), Hélène Lavoie et Wassef Ben Ounis lors de la visite des représentant tunisiens au Manoir Notre-Dame, à Roberval.

Des préposés aux bénéficiaires formés en Tunisie

Après avoir paraphé une entente pour délocaliser une formation du Cégep de Saint-Félicien en Afrique du Nord, trois représentants de la Tunisie étaient en visite dans la région pour développer des partenariats avec les centres d’hébergement pour personnes âgées. Leur but : trouver des lieux de stages pour leurs étudiants tout en permettant aux établissements de combler leurs besoins de main-d’oeuvre.

Wassef Ben Ounis a travaillé comme enseignant pendant 17 ans au Québec, notamment à l’Université Laval. Pendant son séjour dans la Belle Province, il a constaté qu’il existait une pénurie de main-d’oeuvre dans le domaine des soins aux personnes âgées.

Quand il est retourné vivre en Tunisie, en 2017, il a discuté de cette problématique avec sa soeur Ons, une nutritionniste de formation, qui a alors vu l’opportunité de développer une formation en soins gériatriques s’adressant aussi bien aux besoins locaux, qu’à ceux du Québec ou d’autres pays.

En s’associant avec Leila Alouane, une spécialiste du domaine de l’éducation, ils ont alors développé le concept de la Wiki Academy. En travaillant avec le Yunus Social Business, un fonds d’investissement social pour lutter contre la pauvreté, ils ont ainsi pu lancer officiellement l’établissement de formation au début de 2019. Puis, quelques semaines plus tard, les promoteurs signaient une entente avec le Cégep de Saint-Félicien, visant à délocaliser d’une attestation d’études collégiales en gériatrie à Tunis.

« La Wiki Academy est un centre de formation professionnelle qui a pour mission de former de la main-d’oeuvre en gériatrie et plus particulièrement des préposés aux bénéficiaires, explique Wassef Ben Ounis. Le but c’est de former des gens pour qu’ils puissent accéder au marché du travail en Tunisie, au Canada ou en Europe. »

En décrochant un diplôme québécois, les étudiants tunisiens pourraient ainsi accéder assez facilement au marché du travail québécois, d’autant plus qu’il existe une pénurie de main-d’œuvre dans le secteur.

Ons Ben Ounis, Leila Alouane et Wassef Ben Ounis font une tournée québécoise des établissements offrant des soins aux personnes âgées pour conclure des ententes de partenariat.

Selon une étude récemment publiée par l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ), il y aurait plus de 2514 postes à combler dans leurs établissements à l’échelle du Québec. Dans le secteur public, qui inclut les CHSLD et les CIUSS, plusieurs milliers de postes seraient aussi à pourvoir.

C’est pour tenter de combler ces postes et pour former de la main-d’oeuvre qualifiée que les représentants de la Wiki Academy réalisent en ce moment une tournée québécoise de plusieurs établissements offrants des soins aux aînés. Dans un premier temps, ils souhaitent signer des ententes de collaboration avec différents établissements pour trouver des stages aux étudiants qui compléteront la formation.

Hélène Lavoie, la directrice du Manoir Notre-Dame, une résidence pour personne âgée à Roberval, se réjouit de voir une telle initiative émerger. « On vit une pénurie de main-d’oeuvre depuis quelques années et c’est encore pire depuis six mois », soutient la femme qui est à la recherche d’au moins quatre employés pour combler les besoins estivaux.

Pour l’instant, la réponse des différents établissements est excellente, se réjouit Wassef Ben Ounis, qui espère signer des ententes au cours des prochains jours. Une rencontre prévue avec des représentants de l’ARIHQ, qui compte 800 établissements membres, laisse d’ailleurs présager de belles opportunités.

Si tout se déroule comme prévu, les premiers étudiants devraient commencer leur formation de 870 heures dès la fin juin à Tunis. Ces derniers recevront des cours sur les soins à prodiguer, sur l’éthique, la réglementation et sur la sécurité. Des cours seront aussi donnés à partir du Québec par vidéoconférence, permettant notamment aux étudiants de s’adapter à l’accent québécois. Pour parfaire leur adaptation à la culture, les formateurs souhaitent aussi présenter la série Les filles de Caleb et les vidéos de Guy Nantel, pour présenter la politique québécoise d’un oeil humoristique. Après ces cours, qui dureront un an, les étudiants devront compléter un stage d’environ 400 heures.

Près de 30 étudiants sont attendus pour former la première cohorte. « Si tout va bien, on espère doubler ou tripler ce nombre, mais on veut y aller étape par étape », conclut Wassef Ben Ounis, qui a déjà reçu plusieurs demandes d’information provenant de la Tunisie, de l’Algérie, du Sénégal et de la Côte-d’Ivoire.

« On vit une pénurie de main-d’oeuvre depuis quelques années et c’est encore pire depuis six mois », mentionne Hélène Lavoie, la directrice du Manoir Notre-Dame de Roberval.

La Wiki Academy a également rencontré l’organisme Portes ouvertes sur le Lac pour faciliter l’adaptation des futurs stagiaires qui deviendront peut-être des bleuets d’adoption d’ici quelques années. Des pourparlers sont aussi en cours avec la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets pour délocaliser des diplômes d’études professionnelles en Tunisie.