James Murray, 11 ans, et Julie Murray, 6 ans.

Des petits entrepreneurs à succès

Des dizaines et des dizaines de jeunes garçons et filles du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont enfilé leur costume de gens d’affaires pendant quelques heures samedi dans le cadre de la Grande journée des petits entrepreneurs.

L’initiative, qui consiste à la création d’entreprises d’un jour par de jeunes enfants qui montent leur kiosque pour vendre leurs produits, était d’ailleurs concentrée pour la première fois en un seul endroit à Alma samedi devant la Boîte à Bleuets, sur la rue Sacré-Coeur, de 10h à 14h.

«Il n’y avait pas de rassemblement à Alma auparavant. Les gens se sont mis à faire des rassemblements un peu partout, alors on a décidé d’en faire un ici. Dix petites entreprises et 13 petits entrepreneurs ont pris part au rassemblement samedi», indique l’initiatrice du rassemblement, Isabelle Guay. 

Parmi les petits commerçants, on retrouvait James Murray, 11 ans et Julie Murray, 6 ans qui avaient préparé des muffins et des cupcakes. 

D’autres, comme Mathis Gauthier, 9 ans, et Marie-Soleil Gauthier, 7 ans vendaient des bijoux et des produits de l’érable.

La plus jeune participante, âgée de seulement 5 ans, tenait un kiosque où on pouvait acheter du pop-corn et de la barbe à papa. 

Le rassemblement qui devait se dérouler jusqu’à 15h30 a finalement été écourté puisque toute la marchandise s’est écoulée une heure plus tôt que prévu. «Malgré la température, on a eu quand même beaucoup de monde. On n’a pas cherché à avoir de commanditaires, mais ça pourrait éventuellement être plus gros dans les années», mentionne Isabelle Guay, qui avait le soutien de la Ville d’Alma pour organiser le tout. D’ailleurs, son fils Joémy Bédard et son ami Kevin-Daniel Fortin ont même signé un contrat de distribution pour leurs blocs de construction qu’ils vendaient samedi. 

«Ils ont obtenu un contrat de la part de la conseillère municipale Audrée Villeneuve pour des blocs de construction à installer dans le parc Dollard à Alma d’ici trois semaines», indique la maman.

Comme quoi la bosse des affaires ne se développe jamais trop tôt pour ces jeunes qui osent.  

Mathis Gauthier, 9 ans, et Marie-Soleil Gauthier, 7 ans.