Karine Trudel

Des occasions manquées pour les libéraux, croit Trudel

La députée néodémocrate de Jonquière, Karine Trudel, déplore que le gouvernement libéral n’ait pas répondu aux attentes dans plusieurs dossiers qui ont marqué l’actualité de 2018.

«C’était une année pivot, mais le gouvernement n’a pas pivoté dans le bon sens», a-t-elle déclaré, par voie de communiqué, jeudi, à l’occasion de la fin de la session parlementaire à la Chambre des Communes. «Derrière leur rhétorique de classe moyenne, ce que je retiens en 2018, c’est que les libéraux ont démontré hors de tout doute que leur vernis progressiste était en fait une stratégie électorale, et non le reflet de leurs véritables valeurs.»

Elle estime que le gouvernement de Justin Trudeau jouissait au début de l’année 2018 du bénéfice du doute dans plusieurs secteurs. «Cependant, en un an, on a vu le gouvernement concéder des brèches dans la gestion de l’offre, acheter un oléoduc de 4,5 milliards avec les deniers publics et signer un nouvel Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) pire que le précédent», a-t-elle énuméré.

Sur le plan personnel, la députée souligne pendant la dernière année avoir notamment travaillé sur le dossier du bois d’oeuvre en vue de la renégociation de l’ALÉNA.

Cette implication lui a valu la nomination de porte-parole adjointe du NPD en matière de commerce international.

Mme Trudel soutient d’ailleurs à ce titre que le gouvernement Trudeau a échoué à faire lever les tarifs sur l’aluminium canadien entrés en vigueur au printemps.