Les étudiants en soudage et montage de Laure-Conan, leur professeur Frédéric Pinard et le policier de Saguenay, Luc Tardif, sont très heureux du résultat de leur projet de conception de remorques.

Des nouveaux outils pour les policiers

Les policiers de Saguenay bénéficient maintenant de trois remorques et de voitures accidentées afin de sensibiliser les jeunes à la conduite automobile avec les facultés affaiblies.
Depuis quelques années, le service de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) pouvait déplacer un véhicule sur les lieux de rassemblements. Mais chaque fois, ça demandait une organisation particulière.
L'agent Luc Tardif, responsable du projet Impact, a eu l'idée de s'adresser aux étudiants en soudage et montage du Centre de formation professionnelle de l'école Laure-Conan (Commission scolaire des Rives-du-Saguenay) afin qu'ils donnent vie à son idée.
« Ce que j'espérais, c'est qu'ils puissent me monter trois véhicules sur des remorques afin de pouvoir les utiliser en tout temps et de manière fonctionnelle. Nous voulions un projet complet », explique Luc Tardif.
Il a approché le professeur Frédéric Pinard afin de voir si le projet était réalisable dans le cadre du cours en soudage et montage de l'école secondaire. La réponse a été immédiate et positive.
Le policier de Saguenay a acheté trois véhicules. Il a fait enlever tout ce qui touchait la mécanique afin que les voitures soient les plus légères possible. Les trois automobiles ont été endommagées et les étudiants ont ensuite vu à créer le projet.
Ils ont fabriqué trois remorques, ont soudé toutes les pièces et ont installé les voitures afin que celles-ci y soient fixées de façon permanente pour les cinq prochaines années.
« Tout ce que nous aurons à faire, c'est d'installer la remorque derrière un véhicule de la SPS et de la transporter aux endroits stratégiques. »
« Et notre objectif est toujours le même, soit de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes au danger de conduire avec les facultés affaiblies », de dire Luc Tardif.
Projet
À l'école Laure-Conan, l'enseignant Frédéric Pinard n'a pas hésité un instant à répondre par l'affirmative à la demande de la police de Saguenay. Il savait qu'il pourrait trouver le temps nécessaire à la réalisation des remorques.
« Luc est arrivé avec une idée et nous en avons discuté. Nous avons acheté le matériel nécessaire, les voitures sont arrivées à l'école et nous avons travaillé au projet. Il s'agit de l'un de nos plus gros projets. De plus, nous avions une date limite pour livrer le projet, car l'école se termine la semaine prochaine », a-t-il expliqué.
« Le projet a été très intéressant. Les étudiants ont apprécié et nous avons d'ailleurs remarqué que les jeunes étaient toujours là. Il n'y a pas eu d'absentéisme durant le projet », note M. Pinard, qui croit que ce dossier a aussi permis de sensibiliser davantage les étudiants au problème de la conduite avec les facultés affaiblies.
Ludovic Boily s'est fait le porte-parole du groupe des étudiants et n'a pas caché être très heureux d'avoir participé au projet.
« Ce fut assez différent de ce que nous faisons habituellement. Le travail s'est bien déroulé. Il n'y a pas eu de problème et personne ne regrette de s'être impliqué. »
« En plus, nous avions un examen à faire, mais comme nous étions accaparés par le projet, c'est sur celui-ci que nous avons été évalués. Je crois que la  note sera assez bonne », de dire Ludovic Boily.