Les deux dernières années ont été ponctuées de remous, à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, à commencer par l’embauche, puis le congédiement de l’ex-directrice générale, Chantale Cyr..

Des mesures correctrices imposées

Le ministre de l’Éducation, des Loisirs et du Sport, Sébastien Proulx, somme la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay de se redresser en matière de gouvernance. À la suite d’une enquête menée au cours des derniers mois, un arrêté ministériel a été émis en juin, puis acheminé à l’administration et au conseil des commissaires. Une vingtaine de mesures correctrices doivent être appliquées.

Les deux dernières années ont été ponctuées de remous, à la commission scolaire, à commencer par l’embauche, puis le congédiement de l’ex-directrice générale, Chantale Cyr. Celle-ci a eu maille à partir avec la présidente du conseil des commissaires, Liz S. Gagné, et les deux femmes se sont retrouvées à couteaux tirés. Des irrégularités ont aussi été relevées en matière de comptes de dépense et d’approvisionnement, ce qui a mis à mal la gouvernance.

L’arrêté ministériel n’est pas public. On ne peut donc pas connaître les mesures imposées dans le fin détail. Les rapports mensuels que la CS doit acheminer au ministre de l’Éducation jusqu’en juin 2019 sont toutefois accessibles. Dans le plus récent, on peut lire qu’un plan d’action commun a été élaboré par le conseil des commissaires et la gestion administrative des établissements et des services pour répondre aux demandes du ministre Proulx.

Parmi les priorités identifiées figure la révision, sans délai, de la Politique de prévention de la violence et du harcèlement au travail et l’obligation d’assurer son application strictement. Un répondant devra être nommé, lequel aura pour responsabilité de sensibiliser les commissaires et tous les employés à la question du respect de l’éthique.

Finances
Au sujet des finances, la direction de la CS des Rives-du-Saguenay devra mettre en œuvre des mesures de contrôle interne plus strictes, notamment en renforçant le processus d’approbation et de vérification des dépenses en matière d’approvisionnement, mais aussi en ce qui a trait aux notes de frais des employés, cadres et non-cadres. Le nombre de cartes en circulation devra être diminué, ainsi que leurs limites de crédit. Une directive d’utilisation des cartes devra être appliquée rigoureusement, convient la CS.

« Nous sommes d’ores et déjà à même de constater tout le labeur auquel cet exercice nous confronte et qu’il importera de maintenir l’engagement de tous à travers chacune des étapes. Nous sommes confiants que la volonté des porteurs du plan a déjà permis de renforcer des maillons et nous espérons que les effets se feront sentir rapidement dans le quotidien de chacun », peut-on lire dans le plus récent rapport mensuel, adopté par le conseil des commissaires le 26 juin et présenté au ministre Sébastien Proulx.

Parmi les éléments qui s’y trouvent figure la tenue d’un Lac-à-l’épaule « afin que les élus discutent des différents moyens à mettre en place » pour améliorer la situation. Cette rencontre aura lieu samedi.